BTB nº 44 : SYSTÈME MANUEL MOTORISÉ : RÉCOLTE DE PIN SUR TERRAIN ABRUPT

Avec plus de 300 employés, dont des abatteurs manuels, des écorceurs et des empileurs, et huit ensembles de systèmes de tracteur-remorque de courte distance, Grant Rankin a participé à des opérations d'abattage manuel en Afrique du...

– Paul Iarocci

Fonctionnant en tant que GBR Contracting, et basé à Greytown, KwaZulu-Natal, Grant a traditionnellement recherché des contrats de pin, de gomme et d’acacia sur des terrains plats.Le système de transport à courte distance que Grant utilisait traditionnellement consistait en une grande équipe de travailleurs qui effectuaient un abattage, ébranchage, tronçonnage et empilage manuels. Les unités tracteur-remorques de courte distance parcouraient le terrain où les courtes billes étaient chargées à l’aide de chargeuses trois-roues Bell, puis transportées à un endroit accessible aux camions de transport routier.

Les piles ordonnées en arrière-plan étaient abattues, débranchées et empilées manuellement.

Les piles ordonnées en arrière-plan étaient abattues, débranchées et empilées manuellement.

Dans le cas des plantations d’acacia, un ensemble d’étapes supplémentaires hautement spécialisées est nécessaire. L’écorce doit être soigneusement pelée en grandes longueurs et regroupées dans des piles d’une longueur de 2,4 m et pesant 50 kg. Une fois livrées, les piles sont déchiquetées et le tanin est extrait. Les meilleures qualités de tanin sont réservées au tannage du cuir et la basse qualité est employée dans la production de colle. Grant constate que depuis la récession en 2008, les marchés des tanins haut de gamme sont passés d’Europe au Pakistan et à d’autres pays asiatiques.

Le directeur des opérations, Deon Alexander, le propriétaire, Grant Rankin, et l'opérateur de débardeur 610C, Sipo Madondo.

Le directeur des opérations, Deon Alexander, le propriétaire, Grant Rankin, et l’opérateur de débardeur 610C, Sipo Madondo.

Cependant, en 2011, une opportunité s’est présentée. Grant a conclu un contrat d’acacia à Mondi impliquant un terrain escarpé. Il était hors de question de s’attaquer à un tel travail avec des tracteurs et des remorques chargés à l’intérieur par des machines à trois-roues. Ainsi, Grant a pris la décision et l’engagement de changer son système de courte distance en achetant un débardeur.

Après avoir évalué les différentes options disponibles, le choix s’est porté sur un débardeur Tigercat 610C acheté auprès du concessionnaire sud-africain AfrEquip. « L’une des raisons pour lesquelles nous avons choisi Tigercat plutôt que d’autres marques est que la machine allait travailler sur des pentes abruptes et l’idée du freinage hydrostatique nous a séduits », explique Grant.

« Le débardeur est au cœur de toute l’opération », a-t-il ajouté. « S’il s’arrête, rien ne peut être livré.

— Grant Rankin

Par ailleurs, la taille et la capacité de la machine sont adaptées de manière optimale à son fonctionnement. « Je suis très content de la production et de son fonctionnement. J’ai utilisé un petit débardeur Deere à un moment donné et j’ai réalisé que j’avais trop de travail pour une machine comme ça. Manquant à la fois de vitesse et de capacité de charge, elle n’a réalisé que la moitié de la production de la 610C. » Le débardeur a modifié l’activité de Grant et a offert davantage de flexibilité quant type de contrats qu’il peut soumissionner pour ses principaux clients, Sappi et Mondi. Les arbres sont abattus, débranchés, tronçonnés et empilés manuellement dans des piles à la taille de la pince. Une fois que tout cela est fait et que les travailleurs au sol sont passés au bloc de coupe suivant, le débardeur arrive et déplace les piles, en moyenne d’une tonne, jusqu’au bord de la route. Un véhicule à trois roues charge les remorques avec une charge utile de dix à quinze tonnes.

Les cycles tracteur-remorque ont une durée moyenne de 30 minutes avec des charges utiles de 10 à 15 tonnes.

Les cycles tracteur-remorque ont une durée moyenne de 30 minutes avec des charges utiles de 10 à 15 tonnes.

La durée de cycle du tracteur-remorque est en moyenne de 30 minutes, en fonction de la distance qui dépasse parfois trois kilomètres à sens unique jusqu’à la zone de dépôt. Ensuite, les billes sont déchargées, empilées et éventuellement rechargées sur des camions. Une unité tracteur-remorque pourrait effectuer jusqu’à vingt cycles par jour pour obtenir le volume requis et le 610C réalise dix à quinze cycles par charge de remorque avec des distances assez courtes et généralement avec un débardage en pente ascendante. Il va sans dire que le nombre de déplacements nécessaires à l’équipement est élevé dans ces plantations éloignées en altitude et où l’infrastructure routière est très médiocre. Cependant, en dehors de l’ingénierie routière extensive, il n’existe aucune autre méthode viable pour obtenir le bois à un endroit accessible par les camions de transport.

« Le débardeur est au cœur de toute l’opération », a expliqué Grant. « S’il s’arrête, rien ne peut être livré. » Grant dépend donc totalement de la machine et exige une disponibilité mécanique très élevée. Il peut passer en revue les tracteurs, en les révisant à des intervalles réguliers, mais avec le débardeur, c’est une autre histoire. La machine effectue un seul quart de travail de douze heures incluant les procédures de maintenance quotidiennes de l’opérateur. « Ce terrain est trop abrupt et dangereux pour travailler la nuit », a commenté Grant. Le débardeur 610C a atteint une production de 350 tonnes, mais le plus habituel est de réaliser 220 tonnes par jour.

Une pile pèse environ une tonne et la production quotidienne varie de 220 à 350 tonnes par jour. C'est une application difficile pour les composants des chaînes cinématiques.

Une pile pèse environ une tonne et la production quotidienne varie de 220 à 350 tonnes par jour. C’est une application difficile pour les composants des chaînes cinématiques.

Le représentant du support technique de Tigercat, Jeff Cave, a équipé la machine de garde-boues personnalisés surdimensionnés pour empêcher les billes de toucher les pneus arrière, mais pas aussi grands pour accrocher les extrémités des billes de 2,5 m lors du levage de la pince. Grant a exploré d’autres méthodes de débardage, à savoir le câblage des billes. Alors que la charge utile est supérieure, Grant a opté pour moins d’hommes sur le terrain près du débardeur. (Son système de débardage peut travailler sans homme sur le terrain tandis que la méthode de câble exige deux hommes pour alimenter et attacher le câble et un homme supplémentaire à la zone de chargement pour libérer la charge.)La dépendance à l’égard de la main-d’œuvre supplémentaire pour le fonctionnement du débardeur et les questions de sécurité liées au fait d’avoir des personnes sur le terrain près de machines mobiles l’ont porté à opter pour la méthode de la pince.

À ce jour, la machine a accumulé plus de 11 000 heures avec très peu de temps d’arrêt non planifié. Armé du débardeur Tigercat, Grant peut désormais soumissionner différents types de contrats, et aller sur des terrains qui auraient été impossibles d’envisager avec des chargeuses à trois roues et des tracteurs-remorques.

Articles connexes


BTB nº 43 : PG BISON HUIT ANS PLUS TARD

BTB rend une seconde fois visite à PG Bison, huit ans après que l'entreprise a fait l'acquisition de quatre systèmes de récolte Tigercat pour une nouvelle exploitation dans un endroit reculé d'Afrique du Sud.