BTB nº 39 : LE CALIBRAGE D’ARBRES AU TENNESSEE

Une chargeuse 250D combinée à un porteur AC16 jouit d'une excellente cote dans une scierie de bois dur.

– Paul Iarocci

Il est un peu difficile de passer d’unités telles que des tonnes et des mètres cubes à des pieds pour des panneaux, mais à mesure que les produits de Tigercat sont de plus en plus employés dans des scieries, ces unités et ces termes deviennent familiers. Thompson Appalachian Hardwoods, Inc., située à Huntland, au Tennessee, est une scierie qui accorde une grande valeur à la chargeuse Tigercat 250D combinée au porteur à flèche articulée AC16.

La chargeuse 250D réalise de nombreuses tâches, ce qui inclut d'organiser et d'empiler des billes, de couper des arbres entiers et d'approvisionner la scierie, comme montré ici.

Le PDG de l’entreprise, Nordeck Thompson, est né dans une famille de travailleurs forestiers. « Notre famille a commencé à faire du bûcheronnage à la fin des années 1800, en Géorgie, en débardant des billes jusqu’à la rivière Oconee avec des mules et des bœufs. » Nordeck Thompson peut divertir les gens avec des histoires de famille racontant les aventures d’une autre époque, en décrivant comment chaque printemps son grand-père naviguait sur un radeau de billes sur plus de 160 km, en suivant la rivière Altamaha jusqu’à la ville industrielle de Darien, en Géorgie. Naviguer sur un radeau de billes nuit et jour, en espérant avoir suffisamment de provisions pour tout le voyage, semble être un défi contre la mort. Toutefois, comme Nordeck Thompson l’explique, « c’était tout simplement un travail saisonnier. Après le voyage, les employés revenaient en prenant le train ».

Nordeck Thompson a commencé sa carrière dans l’industrie du bois dur en travaillant avec son père, W. N. « Bill » Thompson senior, à la fin des années 1970, à Hazlehurst, en Géorgie. Par la suite, Nordeck Thompson et sa femme, Mary Claire Thompson, ont déménagé avec leur famille dans le district du Centre du Tennessee où ils ont acheté une scierie, à Huntland, et fondé Thompson Appalachian Hardwoods. De 1993 à 2011, les systèmes de l’usine ont été modernisés plusieurs fois, ce qui l’a transformée en une scierie de pointe complètement optimisée. De 2012 à 2015, l’entreprise a augmenté de façon importante sa capacité de séchage à l’étuve qui est passée de 36 600 à 243 800 m.

Nordeck Thompson, son fils Nick Thompson, et l'opérateur de la chargeuse 250D, Chris « Roscoe » Brannon. Nick Thompson est le directeur des opérations de l'entreprise.

Nordeck Thompson et son équipe, ce qui inclut quatre de ses six enfants et plusieurs autres membres de sa famille, ont développé une entreprise prospère fondée sur la foi en Dieu et une équipe de qualité faisant de l’excellent travail. Il insiste fortement sur l’importance de l’efficacité des opérations, d’un environnement de travail sécuritaire, d’offrir des produits de haute qualité et de l’établissement de relations à long terme couvrant l’ensemble du globe. Cela permet à l’entreprise de répondre aux besoins de ses clients et des propriétaires de terrains forestiers de façon optimale. « Nous avons pour objectif d’être constamment un fournisseur de premier plan de produits de qualité. Nous voulons aussi établir un bon marché pour les propriétaires de terrains locaux, en achetant leur bois à sa juste valeur », explique Nordeck Thompson.

L’usine de bois vert produit environ 106 000 m de panneaux chaque semaine, ceux-ci étant soient envoyés à l’usine de séchage à l’étuve de l’entreprise ou vendus sous la forme de bois scié séché à l’air ou de produits de bois vert. Les produits de la compagnie sont utilisés pour fabriquer des portes, des fenêtres, de la menuiserie préfabriquée et des meubles vendus au pays ou dans des marchés internationaux comme l’Europe, l’Australie, le Moyen-Orient et de nombreux pays asiatiques.

À la différence de la grande majorité des utilisateurs finaux de produits Tigercat qui vendent du bois à des usines en fonction du nombre de tonnes ou de mètres cubes, la compagnie se sert du barème Doyle. Nordeck Thompson dit : « Nous n’achetons pas de bois en fonction du poids en raison des variations de qualité pour chaque chargement. C’est un défi pour l’entreprise d’acheter des troncs entiers calibrés parce que nous devons assigner une valeur spécifique à chaque bille coupée. La compagnie achète des billes en fonction du barème Doyle qui tient compte de la longueur et du calibre de chacune d’elle, chaque bille ayant sa propre valeur. »

En plus des billes achetées par la compagnie auprès des équipes d’exploitation forestière locales, l’entreprise est dotée d’une équipe d’approvisionnement achetant des parcelles de terrain. Elle offre des contrats à des équipes d’exploitation forestière qui récoltent et livrent les billes entières de ces parcelles à la scierie. Comme on peut l’imaginer, puisqu’il faut tenir compte de différents calibres, espèces et longueurs de billes, ainsi que de chargements de billes entières, il y a beaucoup d’action dans le parc à billes. C’est à cet endroit que la nouvelle chargeuse 250D, combinée au porteur à flèche articulée AC16, est employée.

Dans le processus de décision d’achat, Nordeck Thompson a visité un site, dans le Maine, pour voir une chargeuse T234 Tigercat dotée de paniers de chargement optionnels et combinée à la machine AC16 de façon similaire, et il a été impressionné par la stabilité de la machine et sa capacité à se déplacer rapidement en terrain difficile. Il a remarqué à quel point elle était polyvalente dans un parc à billes et l’a imaginée réalisant différentes opérations dans le sien.

Nordeck Thompson apprécie l'effort de traction fourni par le porteur AC16 qui est suffisant pour tirer une remorque dans le parc à billes lorsque le sol est de qualité médiocre.

Lorsqu’un chargement de billes arrive au parc à billes, il faut enlever celles-ci de la remorque, les étaler sur le sol, les mesurer, les calibrer, entrer les données sur celles-ci dans l’ordinateur portable et les étiqueter avec un code à barres. « Les chargeuses sur pneus retirent les billes des camions et la machine Tigercat organise les piles », explique Nordeck Thompson.

La chargeuse 250D effectue aussi le marchandisage des billes entières provenant des parcelles achetées. M. Thompson se sert d’un système de tronçonnage doté d’une structure plus longue éliminant les dommages causés par fendillement, les arbres étant mieux supportés lorsqu’ils sont dans celui-ci. Toutefois, M. Thompson reconnaît qu’il ne veut pas que la chargeuse 250D coupe des billes en tout temps. « Je veux qu’elle empile des billes et m’en servir pour les périodes de production intenses. »

À l'intérieur de la cabine du scieur. On appose une étiquette à code à barres sur chaque bille et on en fait le suivi à partir du moment où elle est introduite dans la cour à bois jusqu'à ce qu'elle entre dans la scierie.

La machine AC16 est dotée d’un panier de chargement optionnel et elle tire en plus une remorque afin de pouvoir déplacer de grands volumes de billes rapidement dans le parc à billes. Nordeck Thompson apprécie sa vitesse et sa mobilité. Nordeck aime aussi qu’il soit possible de faire de l’entreposage de façon verticale avec la machine 250D, en raison de la variété d’espèces, notamment du chêne blanc, du chêne rouge, du peuplier, du frêne, du cerisier, du caryer et du noyer de différents calibres. « Il est possible d’entreposer beaucoup plus de billes dans un petit espace puisque les piles sont beaucoup plus hautes. Le porteur et la chargeuse forment une excellente combinaison pour nous. »

Nordeck Thompson ajoute : « Je ne vendrais pas cette machine pour deux fois le prix que je l’ai payée. C’est une question de manipulation de billes efficace. » Il attribue une partie du succès de la machine à la grande capacité de soutien de B & G Equipment. « B & G Equipment fait un excellent travail. »