Skip to content

BTB nº 31 : LA SOLUTION AU PROBLÈME DU GOULOT D’ÉTRANGLEMENT

Tigercat et CBI collaborent, réalisant des progrès rapides dans le but de concevoir un système rentable de récolte multiarbre pour de l'eucalyptus utilisé comme bois de pâte.

– Gary Olsen, représentant d’usine, ventes internationales

Les professionnels du secteur au Brésil, au Chili, en Uruguay, en Australie, en Afrique du Sud et de tout autre pays où l’on pratique la sylviculture à courte rotation sont pleinement conscients des difficultés associées à l’écorçage de l’eucalyptus et d’autres feuillus utilisés comme bois de pâte. En plus des difficultés économiques associées à de grandes quantités d’arbres de petit volume, il faut considérer celles liées à l’écorçage de chaque espèce concernée. La variation saisonnière des conditions de travail ajoute à la complexité du problème : il est beaucoup plus difficile d’écorcer par temps sec. À l’inverse, les écoulements d’humidité dans le cambium le facilitent par temps humide. En y ajoutant des formes de fûts avec lesquelles il est difficile de travailler comme celle de l’Acacia mangium, le bois de pâte de choix en Indonésie, ou l’Acacia mearnsii, une espèce commune des plantations de l’Afrique du Sud, il devient très difficile de contrôler les arbres avec des abatteuses dotées d’une tête multifonctionnelle et cela peut créer un goulot d’étranglement.

Un modèle 855C le grappin chargé de gommiers bleus.

Le modèle 855C doté de cisailles est la machine de choix pour les plantations de gommiers bleus de l’Australie.

Une partie de la solution consiste à adapter de la technologie ancienne pour fabriquer une écorceuse ou une écorceuse-déchiqueteuse à quatre tambours propre, sécuritaire et efficace. Combiner cette adaptation avec l’équipement de récolte multiarbre éprouvé de Tigercat fournit une solution pratiquement parfaite pour surmonter ce vieux problème.

En étudiant la structure de coûts d’un système de récolte de billes de longueur préétablie d’eucalyptus, ou d’un système employant partiellement cette méthode de coupe, il est évident que l’écorçage est la partie qui permet de réduire le plus les coûts de récolte.

L’abattage de petits arbres a été pour ainsi dire perfectionné en employant des têtes à grande capacité d’accumulation et à grande vitesse, qui sont dotées de cisailles ou de scies circulaires et qui sont installées sur des machines à roues ou à chenilles. Une abatteuse-empileuse à chenilles 860C dotée d’une tête avec une scie circulaire DT5000 utilisée au Brésil et une abatteuse-empileuse 855C dotée de cisailles DT2000 employées en Australie sont des solutions parfaites : il est possible de mettre de cinq à onze arbres (en fonction de leur taille) dans l’espace d’accumulation, ce qui « transforme » de nombreux petits arbres en un seul gros.

Un débardeur 635D apporte un chargement à la chargeuse 215 qui approvisionne le fléau 604 CBI en bois.

Un débardeur 635D apporte un chargement à la chargeuse 215 qui approvisionne le fléau 604 CBI en bois.

En maximisant la taille des groupes, le procédé d’abattage permet d’obtenir facilement une productivité inégalée pour le processus d’extraction ultérieur grâce à la capacité de traction puissante du débardeur 630D Tigercat ou du débardeur à six roues 635D sans égal. Réunir de nombreux groupes afin d’utiliser pleinement le grappin et la capacité de traction est nécessaire pour optimiser le potentiel de productivité de ces machines très efficaces. L’entraînement hydrostatique, combiné au siège Turnaround exclusif de Tigercat, améliore sans aucun doute l’efficacité de ces débardeurs lorsqu’ils approvisionnent le fléau en bois ou travaillent près de celui-ci. Il permet de passer en marche arrière ou avant presque instantanément sans compromettre le confort, la visibilité ou l’ergonomie pour l’opérateur.

La tête dotée de cisailles 2000 déposant une charge de gommiers bleus

La tête DT2000 dotée de cisailles est spécialement conçue pour réaliser des opérations sur des gommiers bleus. Bien qu’elle soit un peu moins productive qu’une tête équipée d’une scie circulaire, ses coûts d’exploitation et d’entretien sont inférieurs pour une efficacité largement supérieure. Il faut une puissance de 26 à 30 kW pour faire tourner une scie circulaire, sans tenir compte de la coupe du bois.  L’utilisation de cisailles en plus de la scie se traduit par une réduction de consommation de carburant de 5 à 8 l/h.

Les niveaux de productivité enregistrés auparavant pour les systèmes d’écorçage à fléau utilisés sur le terrain étaient de 50 à 70 tonnes/h. Les résultats se sont améliorés grâce au système de récolte très bien équilibré tout d’abord employé au Brésil, en utilisant une abatteuse-empileuse 860C dotée d’une scie circulaire DT5000, un débardeur 635D et une écorceuse à fléau à quatre tambours CBI 604. Une chargeuse T250B Tigercat dotée d’un grappin à benne Rotobec enlève les billes écorcées de l’arrière du fléau et les empile pour une deuxième chargeuse T250B munie d’un grappin-scie tronçonnant les arbres pour faire des billes de 6 m. Ainsi, avec cinq machines et cinq opérateurs, il est possible d’atteindre un niveau de production considérable de 120 tonnes/h avec des arbres d’un volume de 0,14 m³. Un système de récolte de billes de longueur préétablie équivalent aurait normalement besoin de huit abatteuses-façonneuses et de six transporteurs pour produire le même volume.

Un débardeur Tigercat ramassant de l'écorce Les pinces de préhension en forme de cuillère de Tigercat permettent de ramasser de grosses charges d'écorce. Une déchiqueteuse se trouve derrière.

Le siège Turnaround est très utile pour travailler près du déchiqueteur, surtout pour ramasser l’écorce. Les pinces de préhension en forme de cuillère de Tigercat permettent de ramasser de grosses charges d’écorce.

Le modèle 855C Tigercat doté d’une flèche ER configuré en tant qu’abatteuse-empileuse avec des cisailles à grande vitesse de troisième génération DT2000 devient de plus en plus populaire non seulement en Australie, mais aussi en Afrique du Sud et en Indonésie. C’est la machine de choix en Australie. Elle est capable de réaliser la dure tâche de couper les feuillus en moins d’une seconde tout en ne laissant que très peu de bois sur place. L’espace d’accumulation de la tête permet de ramasser de cinq à sept gommiers bleus (comme ils sont appelés en Australie) avant de les déposer. La tête dotée de cisailles, quoique de 10 à 15 % moins productive qu’une scie circulaire, offre l’avantage de coûts d’exploitation moins élevés.

Tigercat et CBI ont fait une démonstration avec le système complet, en y intégrant l’équipement de déchiquetage sur le terrain, à l’exposition AUSTimber qui s’est déroulée au mont Gambier, en mars dernier. Un fléau CBI 604 a été combiné à un déchiqueteur à disque Magnum Force DC 754. Il était clair dès le début que cette machine supplémentaire augmentait la productivité du système en approchant les 150 tonnes/h. C’est une bonne chose pour les machines Tigercat, puisque le système devient mieux équilibré qu’auparavant. L’abatteuse-empileuse et le débardeur peuvent maintenant travailler sans aucune restriction, en gardant l’approvisionnement en bois constant. Le débardeur 635D effectue ses tâches autour de la zone du fléau, y déposant les arbres, les positionnant à l’aide des pinces de préhension innovantes en forme de cuillère pour rapporter l’écorce sur le terrain sous œil de l’opérateur de la chargeuse 215. Installée sur le fléau CBI et spécialement conçue pour l’alimenter, la chargeuse Tigercat 215, dotée d’une flèche à géométrie parfaite, assure que le système à grande capacité est constamment approvisionné.

Le fléau CBI 604 et le déchiqueteur à disque Magnum Force DC 754. Le système de fléau et de déchiqueteur, combiné à une abatteuse-empileuse 855C et un débardeur 635D, peut produire 150 tonnes/h.

Le fléau CBI 604 et le déchiqueteur à disque Magnum Force DC 754. Le système de fléau et de déchiqueteur, combiné à une abatteuse-empileuse 855C et un débardeur 635D, peut produire 150 tonnes/h.

Les exploitants du Brésil, de l’Australie et sans aucun doute de plusieurs autres endroits de la planète vont voir dans un futur proche ce système rentable se propager dans l’industrie à mesure que les gens réalisent à quel point il est productif et a une grande capacité. Pour les nouveaux projets, ce type de système est déjà considéré comme la solution pour faire de la récolte et les cours de scierie sont conçues de façon à pouvoir utiliser ce que les opérations forestières permettent d’obtenir au coût le plus économique, c’est-à-dire des copeaux de haute qualité. Toutefois, à la différence de ce que de nombreuses personnes croient, un modèle de machine unique ne peut répondre aux besoins de tous. Ce système ne convient peut-être pas à tous et pour certaines entreprises il faudra sûrement en adopter certaines parties. Néanmoins, sa capacité d’alimentation est la preuve de sa capacité de production. Nous avons vu ce qu’un vrai système de récolte multiarbre est capable de réaliser avec une écorceuse, et c’est définitivement avantageux.

Cliquer ici pour voir du déchiquetage de gommiers bleus :