Skip to content

BTB 48 : La fureur de Mère Nature

Une vue unique sur l'incendie majeur qui a eu lieu en 2017 en Colombie-Britannique par des exploitants de la région.

– Samantha Paul

Pour conserver la santé et la diversité de l’écosystème forestier, il faut maintenir l’équilibre entre le bien et le mal. Les brulages dirigés représentent un outil précieux de gestion des ressources pour améliorer les conditions écologiques et éliminer l’accumulation excessive de combustible forestier. Toutefois, les feux de forêt continuent de se produire à cause de la foudre ou de la négligence dans certaines activités humaines.

Ben Shortreed et Derek Lamothe posent accompagnés d'un autre opérateur avec leur nouvelle machine.

La Colombie-Britannique compte plus de 94 millions d’hectares de terrains forestiers et environ 2000 feux de forêt s’y produisent chaque année. La plupart sont maitrisés dans les 24 heures. Les services de lutte contre les feux de forêt de la Colombie-Britannique sont considérés comme leadeurs sur le plan international dans la gestion des feux de forêt et sont connus pour leur personnel qualifié et leurs normes de sécurité élevées. En 1958, la Colombie-Britannique a subi le plus grand feu de forêt de son histoire, au cours duquel 220 000 hectares ont été ravagés dans le nord-est de la province. L’été dernier, plus de dix-neuf feux de forêt ont convergé à l’intérieur de la province, créant un seul brasier estimé à plus de 467 000 hectares. La saison des feux 2017 est ainsi devenue la pire de l’histoire de la Colombie-Britannique. Le feu massif du Plateau s’étendait sur 130 kilomètres d’un bout à l’autre, à 60 kilomètres à l’ouest de Quesnel. L’état d’urgence a été proclamé dans toute la province.

LES ÉPREUVES RENDENT PLUS FORT

– Ben Shortreed, propriétaire de Short Trees

12 août

Ben Shortreed et Derek Lamothe ont grandi ensemble dans la région forestière de Williams Lake, en Colombie-Britannique. Propriétaires de West Pro Logging, située près de Quesnel, Ben et Derek sous-traitent le façonnage et le groupage à deux entreprises différentes. Short Trees Ltd., détenue par Ben, se concentre sur le façonnage, et Firecat Contracting, détenue par Derek, s’occupe du groupage. Jusqu’en aout 2017, les deux sociétés combinées possédaient quatre machines Tigercat : deux abatteuses-empileuses 870C, un débardeur 630E et une abatteuse-empileuse 860C.

Ben conduisant à travers le site d'exploitation forestière endommagé par le feu en Colombie-Britannique

« Ce qu’il s’est passé cette nuit-là était incroyable. On pouvait conduire pendant une demi-heure sur un terrain qui n’avait pas brulé la veille, et le lendemain retrouver un paysage lunaire », explique Ben.

Ben et Derek travaillaient à 100 kilomètres à l’ouest de Quesnel dans la région de Nazko. « Les incendies se situaient à au moins 30 à 50 kilomètres et ne semblaient pas se déplacer. Nous les tenions sous surveillance. Beaucoup de gens savaient que nous nous trouvions encore dans notre camp. Personne ne pensait que c’était dangereux. » Toutefois, des vents forts étaient prévus et tout le personnel a donc été rassemblé en dehors de la zone et à Quesnel.

L’un des membres de l’équipe voulait rester au camp cette nuit-là, plutôt que d’évacuer à Quesnel. Mais heureusement qu’il ne l’a pas fait, car il ne s’en serait pas sorti. Les feux ont pris de l’ampleur et le vent s’est levé, fusionnant plusieurs feux pour créer un méga-incendie, appelé le feu du Plateau. « Il fallait le voir pour le croire », explique Ben. « Des gens m’ont dit que l’incendie s’est déplacé de 50 kilomètres en seulement six heures. Il a créé sa propre tempête électrique et ses propres conditions météorologiques. Ce qu’il s’est passé cette nuit-là était incroyable. On pouvait conduire pendant une demi-heure sur un terrain qui n’avait pas brulé la veille, et le lendemain retrouver un paysage lunaire ».

(G-D) : Corey Timms, responsable des ventes des équipements forestiers à Inland ; Ben Shortreed, propriétaire de Short Trees Ltd. ; Derek Lamothe, propriétaire de Firecat Contracting ; Doug Parchomchuk, spécialiste des ventes à Inland ; Ron Montgomery, directeur des ventes de Tigercat au Canada.

Ben Shortreed et Derek Lamothe ont visité les usines Tigercat en Ontario en novembre dernier. (G-D) : Corey Timms, responsable des ventes des équipements forestiers à Inland ; Ben Shortreed, propriétaire de Short Trees Ltd. ; Derek Lamothe, propriétaire de Firecat Contracting ; Doug Parchomchuk, spécialiste des ventes à Inland ; Ron Montgomery, directeur des ventes de Tigercat au Canada.

Un autre membre de l’équipe, qui avait combattu les incendies à l’époque, a remarqué que le feu s’était déplacé sur une grande distance, et est donc allé le vérifier sur site. C’est alors que Ben a reçu un message disant : « Le camp est complètement perdu. »

LE CAMP EST COMPLÈTEMENT PERDU

Ben avait du mal à y croire. « Ce n’était pas possible. Notre camp était situé dans une gravière et nos machines étaient toutes garées au milieu d’un bloc de coupe, nous pensions donc que ça ne pouvait pas arriver. » Derek et Ben sont retournés au camp le lendemain pour le voir par eux-mêmes. Ils n’y ont trouvé que des châssis déformés et tordus sur les remorques. Leurs trois processeurs et leur chargeuse avaient brulé. Le camp avait complètement disparu, y compris les quatre caravanes et l’atelier. Ils étaient en état de choc. « C’est incroyable ce que mère Nature peut faire quand on l’énerve », a déclaré Ben en plaisantant.

Qu’est-il arrivé après ?

Ben était pour le moins stressé. Les histoires de réclamations d’assurance finissent rarement bien. Le contraire est habituel. Heureusement, la compagnie d’assurance de Ben a pu le mettre en confiance après deux semaines de flou total. « C’était juste incroyable. Mon courtier a été formidable et la compagnie d’assurance qui garantissait mon équipement a été formidable. »

L'abatteuse-façonneuse H855D réalisant des opérations de façonnage en bordure de route, en Colombie-Britannique

Ben et Derek sont très satisfaits de la performance du H855D, et trouvent que les machines sont rapides et économes en carburant tout en ayant un grand débit hydraulique.

Ben a réalisé des remplacements sur deux machines. « Nous avions prévu d’aller vers le nord dans des blocs de coupe plus profonds et de plus grandes falaises, j’ai donc décidé qu’il valait mieux y aller avec des engins Tigercat. Je pensais que j’allais bénéficier de la meilleure solution », a déclaré Ben. Il a acheté deux nouvelles abatteuses-façonneuses à chenilles Tigercat H855D à Doug Parchomchuk, spécialiste des ventes chez Inland. « C’est agréable de travailler avec Doug et Inland nous a toujours satisfait. C’est génial de faire affaire avec eux », explique Ben.

Ben et Derek avaient tous deux conduit des abatteuses-empileuses et des débardeurs Tigercat dans le passé et avaient adoré l’expérience. « Tigercat a une bonne réputation, et j’ai entendu dire que quiconque achète du matériel Tigercat l’adopte », explique Ben. « Je pensais juste essayer quelque chose d’un peu mieux et qui serait meilleur pour le travail. »

Les deux hommes sont très satisfaits des performances de la machine H855D. « Elle est très rapide et économe en carburant. Son débit hydraulique est important et elle est très confortable pour l’opérateur », explique Ben. Ils travaillent dans la région de Nazko et produisent entre 1 000 et 1 200 mètres cubes par jour. Tout le monde travaille très dur pour en profiter au maximum avant la débâcle du printemps.

Ben et Derek ont l’intention de continuer à développer leur activité. Ils savent qu’il y aura toujours des obstacles et veulent continuer à les franchir. « Nous avons une équipe formidable, talentueuse, engagée et travailleuse, et nous avons l’intention de profiter de la dynamique engendrée et de continuer à avancer », explique Ben. Tout le monde a été touché par la tragédie de l’été dernier et beaucoup de gens ont connu de grandes difficultés. Pour Ben et Derek, les évènements de l’été dernier et les expériences qu’ils ont vécues en tant qu’entreprise ont resserré les liens au sein de leur équipe. « Les épreuves rendent plus fort », a déclaré Ben.

NOUS SOMMES TRÈS RECONNAISSANTS ENVERS NOTRE ÉQUIPE. NOUS AVONS LA CHANCE DE POUVOIR COMPTER SUR DES GENS FORMIDABLES ET DE GROS BOSSEURS. ILS SONT TRÈS IMPORTANTS À NOS YEUX ET REPRÉSENTENT LA CLÉ DE NOTRE SUCCÈS. NOUS DEVONS LES REMERCIER AINSI QUE TOUS CEUX QUI ONT TRAVAILLÉ POUR LUTTER CONTRE LES INCENDIES.

– Ben Shortreed