Skip to content

BTB nº 30 : PARTIR DU DÉBUT

L'histoire de PG Bison qui est partie de zéro.

– Paul Iarocci

PG Bison, une grande entreprise sudafricaine verticalement intégrée, qui appartient à Steinhoff International, fabrique et vend du bois, des poteaux, des panneaux à base de bois, des matériaux stratifiés décoratifs et des produits de surface solides.

Les pentes et les vallées adjacentes aux montagnes du Drakensberg, forment une mosaïque de plantations de pins et d'eucalyptus, de pâturages et d'autres types de végétation indigène.

Les pentes et les vallées adjacentes aux montagnes du Drakensberg, forment une mosaïque de plantations de pins et d’eucalyptus, de pâturages et d’autres types de végétation indigène.

En 2006, la société a acheté 82 000 hectares de terrains de la compagnie d’exploitation forestière sudafricaine Mondi, composés de plantations et de pâturages. Ces terrains, situés à proximité d’Ugie et de Maclear, dans une partie éloignée du Cap-Oriental et qui longent la fameuse chaîne de montagnes du Drakensberg, forment une mosaïque de plantations de pins et d’eucalyptus et sont parsemés de pâturages indigènes de haute qualité, excellents pour le bétail. PG Bison est le propriétaire de 5 000 têtes de bovins qui broutent dans ces pâturages. Les bovins Nguni sont bien connus pour leur peau mouchetée. Diverses espèces indigènes comme les zèbres, les daims et les gnous, fréquentent aussi ces pâturages.

Les terrains forestiers occupent environ 33 000 hectares de l’ensemble de ces biens fonciers de la compagnie. Les arbres ont été plantés par Mondi au début des années 1990 après avoir acquis les lots d’un certain nombre de fermiers et de propriétaires fonciers. Bien que Mondi se soit occupée des plantations, la société n’a jamais entrepris d’opérations de récolte.

Des zèbres broutent dans un terrain récemment exploité, devant l'usine de haute technologie de PG Bison qui produit du carton comprimé en continu.

Des zèbres broutent dans un terrain récemment exploité, devant l’usine de haute technologie de PG Bison qui produit du carton comprimé en continu.

En 2008, PG Bison a terminé la construction de l’usine de carton d’Ugie. Unique en son genre en Afrique du Sud, cette usine ultra-moderne comprimé produisant du carton en continu utilise la technologie allemande la plus récente. Sa construction dans une région rurale éloignée était seulement un des nombreux défis auxquels PG Bison a dû faire face. Pour ce qui est des opérations forestières, l’entreprise partait pratiquement de zéro. Comme l’indique le directeur des opérations, Pieter de Wet : « Lorsque nous avons commencé, il y a 4 ans et demi, nous devions construire des installations complètement nouvelles. »

Lorsque PG Bison a acheté les terrains à Mondi, la région d’Ugie-Maclear connaissait divers problèmes : taux de chômage très élevé et infrastructures médiocres. Par ailleurs, la main-d’œuvre était non qualifiée et pas vraiment faite pour exploiter de l’équipement moderne de récolte. « N’oubliez pas que nos opérations sont réalisées dans une région avec un taux de chômage de 71 % où la main-d’œuvre est très peu qualifiée », insiste Pieter de Wet. « Nous avons dû employer un processus de sélection, choisir les bonnes personnes et les former avant même que les machines soient sur place afin d’accélérer le processus d’apprentissage. »

Le responsable de la récolte, Mark Wells, intervient sur les défis affrontés par PG Bison. « Lorsque nous sommes arrivés ici, il n’y avait aucune infrastructure en place. Nous avons dû construire une usine à partir de rien. Nous avons dû souvent interagir avec des personnes qui n’étaient pas de la région, mais qui possédaient l’expertise nécessaire. »

Une abatteuse-façonneuse LH830C dotée d'une tête Log Max E6, réalisant de la récolte et du façonnage à la souche d'eucalyptus.

Une abatteuse-façonneuse LH830C dotée d’une tête Log Max E6. Cette tête est très efficace pour faire l’écorçage des fûts de 0,15 à 0,30 m³.

Pieter de Wet a soupesé une multitude de facteurs, puis a décidé d’implanter un système de récolte de billes de longueur préétablie. L’une des raisons principales d’utiliser un système de récolte composé d’une abatteuse-façonneuse et d’un transporteur était l’exigence de préserver l’environnement. Les plantations sont souvent parsemées de vallées humides écologiquement fragiles, ce qui se traduit par de longues distances de transport réalisé sur des terrains mous, ce qui est loin d’être une situation idéale pour les débardeurs à grappin. Pieter de Wet indique : « Nous avons réalisé une étude très approfondie des différents systèmes de récolte. Nous réalisons nos opérations dans l’une des régions forestières les plus écologiquement fragiles du pays et le système de récolte de billes de longueur préétablie est moins dur sur l’environnement. »

Pour M. de Wet, la structure et la géographie des plantations représentent un autre facteur important. Situées dans un rayon de 65 km par rapport à l’usine, les différentes parties des plantations forment une mosaïque de multiples espèces de pins et d’eucalyptus, selon les conditions du sol et l’altitude. Afin de récolter de manière durable et de répondre aux besoins de l’usine et des cours de scierie approvisionnées par PG Bison, les machines se déplacent souvent d’un bloc de coupe à l’autre et il est nécessaire d’effectuer la récolte à de multiples emplacements de façon simultanée. Comme l’explique Pieter, « nous aurions pu atteindre le même volume de production avec un seul système composé d’un débardeur et d’une abatteuse-empileuse, mais cela n’aurait pas répondu à nos besoins en matière de flexibilité. » Un seul système de récolte à production élevée limiterait la capacité de PG Bison à récolter du pin et de l’eucalyptus en même temps. Par ailleurs, une abatteuse-empileuse prend souvent beaucoup d’avance par rapport aux façonneuses. Pieter explique que laisser le bois sur le sol pendant des périodes prolongées nuit à la capacité d’écorçage des façonneuses.

Des prairies vertes vallonnées remplissent le premier et le deuxième plan, avec une Protea en fleurs au centre de l'image, éclairée par un ciel bleu nuageux.

Intendants des terres. En tant que grand propriétaire foncier à Ugie, PG Bison s’occupe pas seulement de ses plantations et de ses routes, mais elle a également pris en charge l’entretien de grandes terres qui demeurent à l’état naturel. La plante à fleurs du nom de Protea est une espèce indigène de l’Afrique du Sud.

L’usine de carton consomme 1 500 tonnes de fibres par jour et il est possible d’alimenter ses systèmes avec des billes de 3 m. Pour assurer cette production journalière, PG Bison s’est dotée de quatre systèmes de récolte de billes de longueur préétablie. Les abatteuses-façonneuses sont des abatteuses-façonneuses à chenilles H822C ou LH830C Tigercat dotées de têtes Log Max. (La nouvelle tête Log Max E6 est particulièrement efficace pour écorcer les eucalyptus de 0,15 à 0,30 m³.) Les transporteurs sont de type Tigercat 1065. En plus, PG Bison a acheté une abatteuse-façonneuse LH830C usagée dotée d’une tête d’abattage-ébranchage TH575 Tigercat utilisée pour abattre et façonner les billes de sciage de pins. Chaque système fournit un volume d’environ 20 m³/h, les billes ayant un volume de 0,2 à 0,3 m³. En tout, PG Bison récolte annuellement 450 000 m³ de bois. (PG Bison a également acheté des chargeuses 220 Tigercat installées sur des camions pour charger les camions.)

Pieter de Wet a décidé d’acheter des machines Tigercat pour diverses raisons, mais au bout du compte, le critère principal était le temps de disponibilité. Il souligne : « Nous avons utilisé un processus très rigoureux. La question de la formation et du service de soutien était un point très important et la raison qui nous a menés à décider de nous procurer des machines Tigercat. Je dois dire que Tigercat a répondu à nos attentes. Du personnel de la marque était venu sur place lorsque les machines ont été mises en service et continue de le faire tous les ans, et des formations techniques sont dispensées à nos employés. »

Il ajoute : « Tigercat était la seule société prête à nous offrir une formation pour la mise en service où ses professionnels viendraient nous transmettre leur expertise pour nous aider à commencer nos opérations. »

Une abatteuse-façonneuse LH830C récoltant des billes de sciage de pins au sommet d'une colline. Une abatteuse-empileuse 822C observée au milieu d'opérations d'abattage d'arbres.

L’abatteuse-empileuse 822C. En plus des quatre abatteuses-façonneuses dotées de têtes Log Max, PG Bison utilise une abatteuse-façonneuse LH830C dotée d’une tête TH575 Tigercat pour la récolte des billes de sciage de pins.

La résistance était une exigence importante car les machines allaient être utilisées pour former les opérateurs. En raison du haut taux de roulement de la main-d’œuvre, PG Bison devaient constamment former des opérateurs, et cela ne s’arrête pas. Il ne faut pas sous-estimer le fait que les machines de récolte de billes de longueur préétablie sont conduites par des opérateurs inexpérimentés, ce qui augmente les dommages qu’elles subissent. La résistance et la qualité de fabrication des produits Tigercat ont grandement favorisé le maintien d’un taux de disponibilité acceptable et la durée de vie des machines en général. « Cela fait quatre ans et demi que nous faisons de la formation en continu », dit Mark Wells. « Les machines sont constamment utilisées par de nouveaux opérateurs. Elles ont offert une performance supérieure à tout ce à quoi nous nous attendions au début. »

Pieter de Wet a particulièrement apprécié le fait que l’équipement soit fabriqué pour un usage spécifique, en portant une attention particulière à l’efficacité hydraulique et à la capacité de refroidissement. (En été la température peut dépasser les 35 °C et, fait assez curieux, on enregistre des chutes de neiges abondantes en hiver.)

L’isolement des sites des opérations est un autre facteur tout aussi important. Pieter de Wet explique : « Notre isolement fait que nous avons un profil de risque unique. » L’assistance technique offerte par AfrEquip, le concessionnaire de Tigercat, ainsi que celui donné directement par l’entreprise, dépassent largement ceux des autres fabricants. Rudy Ferreira, technicien de maintenance à plein temps d’AfrEquip à Udie, s’occupe exclusivement des machines Tigercat de PG Bison.

Les employés en premier

PG Bison est une société d’avant-garde et Pieter de Wet est le meilleur directeur des opérations qu’elle pourrait avoir. Pour quelqu’un issu de l’industrie forestière, ses compétences en matière de gestion des ressources humaines sont exemplaires. En mai 2011, le Centre de formation et de développement de PG Bison a été officiellement inauguré. Il vise à proposer des formations professionnelles poussées sur l’exploitation forestière et certifiées par la Forest Industries Education and Training Authority et la Transport Education and Training Authority.

Comme Pieter de Wet l’indique, le centre de PG Bison est ouvert à tous, pas seulement à ses employés. Le programme forme des personnes qui n’ont peut-être jamais conduit de véhicule et leur apprend les complexités associées à l’utilisation des abatteuses-façonneuses et des transporteurs, ainsi que les compétences élémentaires comme la gestion des finances des ménages. L’échelle salariale et les avantages offerts par PG Bison sont très supérieurs à la moyenne de la communauté. De plus, la santé de ses employés et les normes en matière de sécurité sont d’une importance primordiale pour l’entreprise. Les avantages pour la communauté sont d’une grande ampleur et difficiles à quantifier. L’entreprise a largement amélioré l’infrastructure d’Ugie et de ses environs. De façon globale, les activités de PG Bison à Ugie fournissent près de 3 000 emplois à la population locale.

Un transporteur 1065 charge des billes dans le panier de chargement. Des collines verdoyantes sont aperçues au loin.

Ces quatre années ont été difficiles. PG Bison utilise quatre transporteurs 1065. La résistance a été un critère d’achat important. Les machines ont été utilisées par de nombreux opérateurs et il faut continuellement en former de nouveaux.