BTB 35 : Compétition de débardeurs à Les Gets, en France

Clohse Group, le concessionnaire de Tigercat pour la France, la Belgique, les Pays-Bas et l'Allemagne, a décidé de faire le lancement du nouveau débardeur de montagne 610C DW en l'utilisant dans une compétition de débardeurs qui est...
Pousser la compétition.

Pousser la compétition.

Texte de Piers Eyre-Walker, Clohse Group.

Le débardeur 610C DW est équipé d’un treuil à double tambour, d’un guide-câble hydraulique et du nouvel entraînement EHS de Tigercat. Il peut être entièrement contrôlé à partir de commandes à distance. Il n’y a pas de meilleur événement qu’une compétition pour introduire une telle machine sur le marché européen.

La machine est arrivée en Belgique juste à temps pour qu’il soit possible de la montrer à l’exposition Elmia Wood où elle fût présentée au monde entier pour la première fois, au mois de juin. Immédiatement après l’événement, elle a été retournée en Belgique où notre opérateur Michaël avait deux jours pour se familiariser avec celle-ci avant de se rendre aux Alpes françaises pour la compétition.

Règles de la compétition

Pour la cinquième fois, le groupe de travailleurs de l’industrie forestière passionnés qui ont créé l’association Les Cognées a organisé la compétition semestrielle de débardeurs qui s’est déroulée à Les Gets, en Haute-Savoie, dans les Alpes françaises. En raison de la nature de la compétition et du temps disponible, celle-ci était limitée à quinze participants.

Les règles sont simples : il faut transporter quatre billes de 15 m en suivant un parcours difficile en pente raide le plus rapidement possible sans toucher aux portes. Si le débardeur ou les billes entrent en contact avec celles-ci, cela entraîne des pénalités. Chaque compétiteur effectue le trajet une fois le samedi et une fois le dimanche. Cela peut sembler facile, mais le parcours a été conçu de façon à être très difficile et il faut surtout faire preuve d’habileté plutôt que conduire rapidement.

La compétition

Le samedi matin, c’était le tirage au sort pour déterminer l’ordre de participation. Ensuite, chaque compétiteur pouvait se pratiquer librement (sans les billes) afin d’apprendre à connaître le parcours et planifier sa stratégie. Le premier tour s’est déroulé pendant l’après-midi. Nous étions les neuvièmes dans l’ordre de participation. Nos attentes n’étaient pas élevées parce que Michaël, qui conduit normalement un débardeur à grappin de série 630, a pu se familiariser avec la machine seulement pendant quelques heures, et que nous ne faisons pas vraiment de débardage par câble en Belgique.

Tous les yeux étaient fixés sur la machine de Tigercat puisque Clohse Group avait fait l’annonce du lancement de celle-ci dans la presse nationale française. Traditionnellement, cet événement est dominé par les machines Camox et a été surnommé « la réunion de famille de Camox ». Nous étions déterminés à changer cela! Des machines HSM, John Deere et Timberjack étaient aussi présentes, ainsi qu’un ancien débardeur Caterpillar. Il y avait un fort esprit de camaraderie et les autres compétiteurs ont aidé Michaël à attacher ses billes ensemble pour le premier tour.

Le débardeur de montagne 610C DW utilisé pour la première fois en Europe, dans les Alpes françaises.

Le débardeur de montagne 610C DW utilisé pour la première fois en Europe, dans les Alpes françaises.

 

Le résultat

Les premiers participants ont parcouru le trajet très lentement, en 22 à 25 minutes, et nous avons été étonnés d’apprendre que Michaël n’a pris que dix-sept minutes pour le faire. Nous savions que l’entraînement EHS permettait d’aller vite et Michaël nous avait dit que même s’il passait lentement entre les portes, il conduirait rapidement d’une à l’autre, ce qui a été le cas! Il a écrasé une porte (ce qui donne plus de points de pénalités qu’y toucher) et est entré en contact avec deux autres, mais il est néanmoins arrivé en troisième place. C’était mieux que ce que nous aurions pu espérer!

Le deuxième jour, il n’y avait pas autant de personnes qui l’ont aidé ou lui ont donné des conseils pendant qu’il attachait les billes. Les participants ont pris beaucoup moins de temps pour parcourir le trajet que le premier jour, les conditions météorologiques sont demeurées bonnes et il y avait environ 8 000 spectateurs. Pendant que les calculs étaient faits pour fournir le pointage final, les compétiteurs ont parcouru le trajet « librement » une autre fois. Cette fois-là, ils pouvaient pousser les machines devant eux si elles n’étaient pas suffisamment rapides. Il était évident que, lorsque le débardeur se trouvait sur la plus longue pente raide, l’entraînement EHS fournissait une plus grande puissance et une plus grande vitesse que les débardeurs des concurrents. Même le débardeur Camox d’une puissance de 194 kW (260 HP) a été poussé vers le haut de la colline par le débardeur Tigercat de 142 kW (190 HP).

Le débardeur 610C DW montre ce dont il est capable sur cette piste très difficile dans les montagnes.

Le débardeur 610C DW montre ce dont il est capable sur cette piste très difficile dans les montagnes.

C’était un événement parfait pour tester la performance du débardeur Tigercat doté du nouvel entraînement EHS par rapport aux débardeurs des compétiteurs et lever tous les doutes que les gens de l’industrie forestière française pouvaient avoir quant à la « nouvelle » marque Tigercat. Notre troisième position était un résultat très honorable. Le concours a généré beaucoup d’intérêt pour Tigercat et a permis d’introduire les débardeurs Tigercat dotés d’un treuil à tambour double sur le marché des régions montagneuses de l’Europe et les débardeurs à grappin sur les marchés européens pour ce deuxième type de débardeur. Pour de plus amples renseignements, d’autres images et des vidéos, visiter le site Web : www.lescognees.fr.