BTB nº 36 : Récolte d’arbres effectuée sur des pentes raides se trouvant en Nouvelle-Zélande

En seulement deux ans, sous l'impulsion d'AB Equipment, le nombre de machines Tigercat vendues en Nouvelle-Zélande est passé d'un tout petit nombre à plus de 120.
Terrain forestier appartenant à la municipalité de Dunedin. En regardant attentivement, il est possible de voir la chargeuse forestière 880 de Dave Paul sur la jetée.

Terrain forestier appartenant à la municipalité de Dunedin. En regardant attentivement, il est possible de voir la chargeuse forestière 880 de Dave Paul sur la jetée.

Il semble qu’un ensemble de facteurs explique la croissance exponentielle. Étant un pays où il y a des boums et des périodes d’effondrement cycliques importants dans l’industrie forestière, la Nouvelle-Zélande a pu récemment profiter d’une forte demande en bois de pin provenant de l’Inde, de la Chine et de la Corée. La valeur de la monnaie, qui est inférieure à celle de son voisin l’Australie, rend ce pays très intéressant pour les entreprises asiatiques. L’économie locale forte et la reconstruction importante qui a suivi le tremblement de terre de 2011 à Christchurch ont manifestement renforcé le marché intérieur pour les billes de haute qualité vendues à des cours de scierie locales à des fins de consommation intérieure.

La chargeuse forestière LH855C de Dave Paul peut abattre et ébrancher des arbres.

La chargeuse forestière LH855C de Dave Paul peut abattre et ébrancher des arbres.

La matière première est aussi présente en Nouvelle-Zélande. Son temps de rotation étant de 25 à 30 ans et son poids moyen de 1 à 4 tonnes, il est évident que le pin de Monterey pousse très bien en Nouvelle-Zélande. De nombreuses plantations deviennent exploitables et permettent d’obtenir une productivité annuelle constante d’environ 30 millions de tonnes. En survolant en avion n’importe quelle région forestière, on dirait qu’il y a des pins de Monterey sur chaque petit élément du paysage. Future Forests Research Limited (FFR), un partenariat établi en 2007 entre l’industrie forestière de la Nouvelle-Zélande et Scion, un organisme de recherche forestière, indique que la proportion d’arbres récoltés qui font partie du domaine forestier national et sont situés sur des pentes raides (terrains ayant une inclinaison de plus de 20°) représente 44 % de la récolte totale. Selon les prévisions, ce nombre devrait atteindre 53 % en 2016 et plus de 60 % en 2025.

La combinaison de pentes raides et de gros arbres exige l’utilisation de systèmes spécifiquement conçus pour réaliser la récolte sur pentes raides, ce qui est une spécialité de Tigercat. Les spécialistes de vente d’AB Equipment, ainsi que les employés de Tigercat en Nouvelle-Zélande, ont très bien expliqué les mérites des machines à chenilles et des débardeurs à haute capacité conçus spécifiquement pour récolter du bois massif et des arbres situés sur des pentes raides. Plus récemment, ils ont fait de même pour la chargeuse forestière 880 qui est la solution idéale pour faire du façonnage en bordure de route.

Dave Paul Logging

Dave Paul Logging, dont le siège est situé à Dunedin, à l’extrême sud-est de l’île du Sud, s’est engagée par contrat à fournir 75 000 tonnes de bois à la municipalité de Dunedin. La municipalité elle-même est propriétaire d’un grand terrain forestier montagneux entourant la ville et elle vend aux Asiatiques les billes produites à partir de ces arbres. Dave Paul utilise une abatteuse-façonneuse LH855C Tigercat relativement nouvelle dotée d’une tête d’abattage-ébranchage Satco 424 de 3 400 kg. Dave Paul indique que cette machine dotée de cet accessoire permet d’abattre et d’ébrancher aisément de gros arbres qui ont un volume moyen de 1,5 m³ (1,65 tonne) et qui sont situés sur des pentes raides pouvant être de 36°. Il aime l’effort de traction puissant de la machine et indique que le capot moteur de style coquille offre un grand avantage en ce qui a trait à l’entretien quotidien. Étant passé d’un train de roulement bas fixe à un train de roulement R7-150L-2 Tigercat doté d’un système de mise à niveau, Dave Paul mentionne qu’il se sent beaucoup mieux à la fin de la journée en utilisant cette machine plutôt que l’ancienne.

L'abatteuse-façonneuse H855C de Renner Logging abat des arbres et les envoie vers le haut jusqu'au débardeur 630C en faisant du débusquage par rotation.

L’abatteuse-façonneuse H855C de Renner Logging abat des arbres et les envoie vers le haut jusqu’au débardeur 630C en faisant du débusquage par rotation.

Quoique ce ne soit pas une vraie tête d’abattage-ébranchage, la tête Satco 424 est dotée de rouleaux d’alimentation, ce qui permet à Dave Paul d’abattre les arbres et de faire un ébranchage approximatif rapide avant de les placer à un endroit avantageux pour le débardeur en faisant du débusquage par rotation. Le peuplement où nous avons rencontré Dave Paul avait son lot d’arbres tordus dotés de nombreuses branches. Enlever une partie de celles-ci diminue le poids des arbres et le frottement, ce qui augmente la productivité des débardeurs et réduit la consommation de carburant et l’usure des chaînes cinématiques. (Le pin de Monterey est très lourd, sa masse volumique étant de 1 tonne/mètre cube.) Les arbres d’une région comme la Colombie-Britannique où les conditions de récolte sont similaires ont une masse volumique de 0,55 à 0,80 tonne/mètre cube et n’ont que peu de branches. Dave Paul, qui a acheté le premier débardeur Tigercat sur l’île du Sud, le modèle 630C, l’a récemment remplacé par un débardeur 635D qu’il considère comme le débardeur idéal pour ses opérations. Il parvient à tirer de gros arbres sur des pentes raides et des sols meubles de toutes sortes.

Le modèle 635D les transporte jusqu’au bord de la route où une chargeuse forestière 880 Tigercat dotée d’une tête Woodsman Pro 800 de 5000 kg réalise le façonnage et le marchandisage. Même s’il y a plusieurs catégories de bois et si la forme des grumes est inadéquate (ce qui fait que cela prend du temps pour prendre des arbres qui sont dans une pile), cette machine dotée de cette tête permet de façonner facilement les 75 000 tonnes de bois récoltées annuellement par Dave Paul. Il y a 18 catégories de bois et la production quotidienne moyenne est de 350 tonnes/jour. Dave Paul a trouvé un système permettant de surmonter les multiples difficultés associées à ses opérations : les pentes raides, les gros arbres, les catégories de bois multiples et les peuplements de qualité médiocre.

Le débardeur 635D de Dave Paul.

Le débardeur 635D de Dave Paul.

Renner Logging

Peter et Wendy-Lee Renner sont les propriétaires de Renner Logging, une entreprise dont le siège se trouve à Rangiora, juste au nord de Christchurch, à l’île du Sud, les opérations étant effectuées sur les plaines et les pentes de Canterbury qui longent le versant Est des fameuses Alpes du Sud néo-zélandaises. Peter Renner, ancien athlète qui a participé au steeplechase de 3 000 m des Jeux Olympiques d’été de 1984, est un autre entrepreneur forestier possédant de nombreuses années d’expérience pratique dans l’abattage manuel. Les opérations forestières se mécanisant de façon importante en Nouvelle-Zélande, la plus grande partie de l’abattage qui était effectué manuellement par Renner Logging est maintenant faite avec une abatteuse-façonneuse LH855C Tigercat dotée d’une tête d’abattage directionnel Satco 630.

Renner Logging utilise une abatteuse-façonneuse H855C Tigercat dotée d'une tête HTH624C en bordure de la route.

Renner Logging utilise une abatteuse-façonneuse H855C Tigercat dotée d’une tête HTH624C en bordure de la route.

Peter Renner a initialement acheté cette machine en la dotant d’une tête Waratah afin qu’elle puisse servir à la fois d’abatteuse et de façonneuse pour les opérations forestières effectuées hors pente dans la région des plaines de Canterbury. Maintenant qu’une grande partie des arbres récoltés annuellement par les équipes de Renner Logging se trouvent de plus en plus sur des pentes raides, il a été beaucoup plus facile pour Renner Logging de prendre la décision d’acheter une deuxième abatteuse-façonneuse H855C Tigercat, en se fiant à la résistance et à la performance de la première machine LH855C.

Peter Renner a installé la tête HTH624C sur l’abatteuse-façonneuse H855C utilisée sur les plaines afin d’utiliser cette nouvelle unité pour réaliser du façonnage en bordure de route à temps plein. Cela a permis d’équiper la machine LH855C avec une tête d’abattage directionnel Satco et de s’en servir de façon permanente pour abattre et grouper des arbres situés sur des pentes raides. En raison du fait que l’écart de prix entre l’abatteuse-façonneuse H855C et un excavateur reconverti était très mince, Peter et Wendy-Lee Renner nous ont dit que la décision était évidente.

Les machines H855C et 1075B de Jordan Grimmer. Jordan Grimmer indique que le modèle de coupe de billes de longueur préétablie a prolongé la période où il fait des opérations.

Les machines H855C et 1075B de Jordan Grimmer. Jordan Grimmer indique que le modèle de coupe de billes de longueur préétablie a prolongé la période où il fait des opérations.

Le jour de notre visite, l’équipe de Pete travaillait sur des pentes raides boueuses où il y avait un peu de chablis.  Les arbres qu’elle abattait étaient un peu petits (arbres de moins de 2 tonnes chacun, si cela peut être considéré comme petit) parce que la récolte était effectuée avant la fin de la période de rotation normale de 25 à 27 ans afin de ramasser le chablis.

L’abatteuse-façonneuse LH855C abattait et déplaçait vers le haut les arbres situés sur les pentes les plus raides en faisant du débusquage par rotation, en approvisionnant le débardeur 630C qui transportait le bois jusqu’à la machine H855C située en bordure de route, en se déplaçant sur les terrains moins difficiles. Peter Renner soupçonne qu’un autre facteur qui a contribué à l’augmentation du nombre de plantations situées sur des pentes raides est le fait que les arbres qui s’y trouvent sont moins exposés aux phénomènes causant beaucoup de chablis sur les plaines de Canterbury.

Grimmer Logging

Jordan Grimmer, propriétaire de Grimmer Logging, dont le siège se trouve à Whangarei, récolte des arbres dans la région de Northland de l’île du Nord. Il utilise l’un des rares systèmes de récolte de billes de longueur préétablie que nous avons vus en Nouvelle-Zélande et il possède deux transporteurs Tigercat 1075B, une abatteuse-façonneuse LH855C dotée d’une tête HTH625C Waratah et un excavateur reconverti en abatteuse/chargeuse forestière.

Jordan Grimmer utilise aussi un treuil de débardage avec une abatteuse-façonneuse H855C plus ancienne équipée d’une tête d’abattage Ensign. La machine abat et groupe des arbres pour le treuil de débardage. Jordan Grimmer a aussi récemment acheté une nouvelle chargeuse forestière 880 dotée d’une tête HTH625C Waratah.

Jordan Grimmer (centre) à côté de Marcus Bourke, spécialiste de vente d'AB Equipment, et de Glen Marley (droite), directeur de district de Tigercat.

Jordan Grimmer (centre) à côté de Marcus Bourke, spécialiste de vente d’AB Equipment, et de Glen Marley (droite), directeur régional de Tigercat.

Jordan Grimmer a adapté et modifié son équipement utilisé sur des sols plats au fil des années afin de trouver la solution optimale pour les conditions météorologiques et de terrain associées à ses opérations, tout en tenant compte de l’aspect humain.

« Nous devions réaliser moins de récolte de troncs entiers pour pouvoir opérer à longueur d’année », indique Jordan Grimmer qui explique qu’auparavant ils faisaient de l’abattage manuel et du débardage de troncs entiers, en les transportant jusqu’à un excavateur reconverti en façonneuse situé en bordure de route. En ajoutant l’excavateur reconverti en abatteuse/chargeuse forestière et l’abatteuse-façonneuse Tigercat, il mentionne : « Nous pouvions nous débarrasser du débardeur et le remplacer par un transporteur. »

Cela ne semble pas être le cas sur cette image, mais les précipitations de la région de Northland sont élevées.

Cela ne semble pas être le cas sur cette image, mais les précipitations de la région de Northland sont élevées.

Le débardeur était le maillon faible des opérations de Grimmer Logging, plusieurs désavantages y étant associés. Premièrement, le facteur le plus important, était que le sol était trop humide en hiver pour qu’un débardeur puisse fournir une performance constante, la capacité de drainage de la région étant médiocre. Deuxièmement, il était difficile pour Jordan Grimmer de trouver de bons opérateurs. Par contre, comme il mentionne : « N’importe quel jeune homme doué pour jouer aux jeux vidéo peut conduire le transporteur. De plus, les employés aiment utiliser cette machine. » Quoique Jordan Grimmer reconnaisse qu’un transporteur ne permet pas d’obtenir une productivité quotidienne équivalente à celle du débardeur, il affirme : « Sur toute une année, la productivité est nettement meilleure parce que la machine peut être utilisée plus de jours. » Encore une fois, c’est un cas où la tortue est avantagée par rapport au lièvre.

L’excavateur reconverti abat tous les arbres et les déplace en dehors des sections les plus en pente et les plus humides en faisant du débusquage par rotation. Pour Jordan Grimmer, c’est la clé permettant d’obtenir une productivité élevée puisque les arbres sont alors placés à une position facilitant le façonnage et le débusquage, en évitant que les machines LH855C et 1075B ne se trouvent dans des ravines en pente raide et en leur permettant d’atteindre une productivité maximale. L’unique abatteuse-façonneuse peut alors prendre de l’avance par rapport aux autres machines, ce qui serait difficilement faisable autrement.

Lionel Clark, opérateur du transporteur 1075B, tente de mettre le moins de types de produits possible dans un chargement tout en équilibrant la taille de celui-ci en fonction de la distance de déplacement par cycle de chargement. Le travail est rendu un peu plus facile depuis la disposition d’un excavateur sur la jetée conduit par Jo Coutts, un pareur de billes qui trie rapidement et efficacement les trois types de billes de sciage ainsi que trois à quatre longueurs de billes d’exportation et le bois de pâte.

Mold Logging

L'abatteuse-façonneuse LH855C de Peter et Tim Mold abattant des arbres sur une pente raide pour approvisionner le système de débardage.

L’abatteuse-façonneuse LH855C de Peter et Tim Mold abattant des arbres sur une pente raide pour approvisionner le système de débardage.

L’extrémité nord de l’île du Nord est une péninsule qui n’a que 12 km de large à certains endroits. Cet endroit ayant une très faible densité de population, les larges plages blanches sont utilisées comme routes. (La plage Ninety Mile a servi de piste d’aéroport pour les premiers services aériens entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande dans les années 1930. Même aujourd’hui, elle est considérée comme une voie publique).

Le site des opérations de Mold Logging, qui appartient à Peter et Tim Mold, se trouve près de l’extrémité nord de l’île du Nord, à proximité de la baie Spirits. Mold Logging récolte des pins de Monterey de plantations à rotation de 25 à 27 ans situés sur de longues pentes raides qui forment essentiellement une grosse dune, en utilisant une abatteuse-façonneuse LH855C équipée d’une tête Satco 630 faisant l’abattage et le groupage pour le système de débardage. Une chargeuse forestière 880 fait du façonnage en bordure de la route. Peter et Tim Mold en possèdent une deuxième qui travaille en tandem avec une équipe sur le terrain. Ils ont été les premiers en Nouvelle-Zélande à acheter une machine de ce modèle.

La région où les opérations de Mold Logging sont effectuées est probablement le site de récolte le plus isolé de tout le pays. Lorsque Peter et Tim Mold devaient déterminer auprès de quel concessionnaire de machinerie ils achèteraient leur équipement, le taux de disponibilité était un facteur important qui allait motiver leur décision, leurs machines devant être durables et fiables et le concessionnaire devant posséder une excellente capacité d’entretien et offrir un soutien hors pair. Après avoir effectué leurs recherches, ils ont choisi d’acheter des machines Tigercat auprès d’AB Equipment. Aujourd’hui, les opérations de Mold Logging sont parmi les opérations les plus modernisées, efficaces, fiables et professionnelles de toute la Nouvelle-Zélande.

BTB nº 36 : Récolte sur pentes raides, à la néo-zélandaise

Vidéos connexes