BTB nº 43 : PG BISON HUIT ANS PLUS TARD

BTB rend une seconde fois visite à PG Bison, huit ans après que l'entreprise a fait l'acquisition de quatre systèmes de récolte Tigercat pour une nouvelle exploitation dans un endroit reculé d'Afrique du Sud.

– Paul Iarocci

Beaucoup doivent se rappeler de PG Bison comme l’un des clients de Tigercat apparaissant dans le film « 20 » sorti en 2012 pour le 20e anniversaire de Tigercat. PG Bison est une grande entreprise sud-africaine intégrée verticalement et appartenant à KAP Industrial Holdings, faisant elle-même partie de Steinhoff International. Elle produit et vend du bois, des poteaux, une gamme de panneaux à base de bois, des matériaux stratifiés décoratifs et des revêtements solides.

En 2008, PG Bison a acheté quatre ensembles abatteuse-façonneuse à chenilles/transporteur/chargeuse pour alimenter une usine ultramoderne spécialisée dans la fabrication de panneaux de particules. Celle-ci consomme 1500 tonnes de fibres par jour, qui sont livrées à l’usine dans des longueurs de trois mètres.

Le dernier transporteur de PG Bison, un 1075B de Tigercat, a fonctionné 4900 heures au cours de ses 14 premiers mois.

Le dernier transporteur de PG Bison, un 1075B de Tigercat, a fonctionné 4900 heures au cours de ses 14 premiers mois.

Gary Olsen, représentant des ventes à l’international, vit en Afrique du Sud et a participé au processus d’achat original. Il raconte qu’essayer de commercialiser et de vendre de la longévité à un client en lui expliquant que c’est un aspect majeur des machines d’exploitation forestière est plus facile à dire qu’à faire. « Il y a tellement de suppositions, de variables et d’inconnues qui entrent en jeu et qui pourraient facilement et rapidement donner tort au vendeur. Toutefois, la possibilité de revenir voir les machines des années après la vente est une expérience enrichissante qui donne à Tigercat, aux vendeurs et à leurs clients la certitude que les machines dureront aussi longtemps que Tigercat le dit. »

Mbhuti Stephen Ndovu, opérateur de transporteur, fait partie des cinq premiers opérateurs de l’entreprise. Il travaille pour PG Bison depuis que les opérations d’exploitation ont commencé, en 2008.

Mbhuti Stephen Ndovu, opérateur de transporteur, fait partie des cinq premiers opérateurs de l’entreprise. Il travaille pour PG Bison depuis que les opérations d’exploitation ont commencé, en 2008.

Les machines originelles ont désormais chacune plus de 20 000 heures de fonctionnement derrière elles. Un des premiers transporteurs 1065 achetés a été remplacé par un nouveau transporteur 1075B, doté d’une meilleure capacité. En dehors de cela, l’entreprise cherche toujours à rénover la flotte existante et à faire fonctionner les machines plus longtemps. Elle ajoute aussi de nouvelles machines et ajuste les systèmes afin de répondre aux exigences changeantes dictées par la dynamique du marché et d’autres facteurs.

Mark Wells, responsable de la récolte explique : « Nous avons acheté un nouveau transporteur 1075B car nous voulions son panier plus large, puisque le bois devient plus léger. Nous voulons aussi commencer à ajouter de nouvelles machines pour travailler avec les anciennes. De cette manière, nous n’aurons pas besoin de toutes les remplacer en même temps. »

PG Bison a aussi changé d’orientation depuis 2012. Prévoyant une potentielle diminution de la quantité de bois de sciage en Afrique du Sud, l’entreprise se concentre désormais sur l’éclaircissage pour obtenir des grumes de sciage. Elle coupe moins de bois de trituration de ses propres plantations pour maintenir la récolte à des niveaux garantissant la viabilité du peuplement. L’entreprise tente d’obtenir une production de 60 à 70 % de grumes de sciage à partir des parcelles de bois de trituration et des opérations d’éclaircissage.

La perfection incarnée. Une parcelle récemment exploitée. Les opérateurs d’abatteuses-façonneuses suivent tous les sept mois une formation sur les techniques et les types d’abattage.

La perfection incarnée. Une parcelle récemment exploitée. Les opérateurs d’abatteuses-façonneuses suivent tous les sept mois une formation sur les techniques et les types d’abattage.

Pour arriver à ce chiffre tout en alimentant l’usine avec la matière nécessaire, PG Bison a conclu des accords avec d’autres producteurs afin d’échanger des grumes de sciage contre de la fibre de pâte à papier. Les produits finis à destination de la vente sont acheminés vers différentes villes dans tout le pays, et, pour le retour jusqu’à Ugie, les camions sont chargés avec des grumes ou des copeaux de bois, ce qui rend ces accords viables économiquement.

Des machines anciennes, une main-d’œuvre plus expérimentée

Bien que l’utilisation des machines ait fluctué au cours des années, les transporteurs originels (20 000 heures) fonctionnent actuellement 350 heures par mois avec un taux de disponibilité de 85 %. Le taux de renouvellement des employés est très élevé et la nouvelle formation pour les opérateurs exige beaucoup des machines. Cependant, cinq des 25 opérateurs originels travaillent toujours pour l’entreprise. Il y a quatre ans, une grande campagne de recrutement et de formation a eu lieu, ajoutant sept nouveaux employés pour un total de 12 opérateurs expérimentés, tous vivant dans les environs d’Ugie et de Maclear. Neuf de ces opérateurs travaillent tour à tour avec les machines les plus anciennes.

PG Bison utilise des chargeuses Tigercat 220 montées sur camion pour charger le bois court.

PG Bison utilise des chargeuses Tigercat 220 montées sur camion pour charger le bois court.

Le nouveau transporteur forestier 1075B fonctionne selon un triple roulement. Il est piloté par trois des meilleurs opérateurs. L’un d’entre eux est Mbhuti Stephen Ndovu, un des cinq opérateurs originels. Il apprécie ce transporteur car il est plus imposant et stable que le 1065 qu’il utilisait auparavant. Stephen Ndovu et les deux autres opérateurs ont travaillé 4900 heures avec le 1075B en l’espace de 14 mois. La machine fonctionne presque 24 heures par jour, ce qui ne l’empêche pas d’être encore en très bon état.

PG Bison a développé un système de primes très détaillé. Les opérateurs reçoivent une prime lorsqu’ils dépassent un certain taux de productivité de base. La disponibilité de la machine entre également en jeu. Par exemple, le 1075B doit avoir une disponibilité supérieure à 90 % pour que les opérateurs puissent accéder à la prime de productivité. Ainsi, la productivité ne peut pas être améliorée en dégradant la machine ou en lui faisant subir une usure inutile.

Moss Mackenzie fait partie des cinq opérateurs qui sont là depuis le début. Sa productivité est de 37 mètres cubes par heure dans les parcelles de bois de trituration où il effectue des opérations d'éclaircie.

Moss Mackenzie fait partie des cinq opérateurs qui sont là depuis le début. Sa productivité est de 37 mètres cubes par heure dans les parcelles de bois de trituration où il effectue des opérations d’éclaircie.

Moss Mackenzie fait partie des cinq opérateurs qui sont là depuis le début. Il pilote une abatteuse-façonneuse Tigercat H822C ayant 18 000 heures de fonctionnement derrière elle. Pour les opérations d’éclaircie, il atteint 37 m³ par heure dans les parcelles de bois de trituration, avec une taille moyenne par pièce de 0,19 m³. La tête de la machine a déjà été changée une fois. Les chenilles, les barbotins et les galets de roulement ont été remplacés, le moteur a été révisé et le refroidisseur d’huile et la pompe de l’abatteuse-façonneuse ont été changés. La structure de la machine reste quant à elle solide, sans fissures sur la flèche malgré son utilisation selon des cycles intenses. La machine est généralement très fiable, avec une disponibilité mécanique actuelle (en prenant en compte la tête et la machine) s’élevant à 80 %.

Les opérateurs d’abatteuses-façonneuses suivent tous les sept mois une formation sur les techniques et les types d’abattage. Une grande attention est également portée à l’éducation des opérateurs vis à vis des dangers des bris de chaîne et aux moyens permettant de minimiser les risques d’un tel accident. De plus, les employés ont accès à des formations en dynamique de vie ainsi qu’à une large gamme de services de conseil.

AfrEquip, concessionnaire sud-africain de Tigercat, emploie un technicien stationné en permanence dans cet endroit reculé du Cap oriental. Il assure l’entretien des machines de PG Bison ainsi que celles d’une autre entreprise d’exploitation forestière voisine possédant de l’équipement Tigercat. Comme PG Bison, AfrEquip connaît un fort renouvellement de la main-d’œuvre et a des difficultés à garder les bons techniciens dans la ville reculée d’Ugie. Le directeur technique actuel d’AfrEquip, John Barbour, a fait ses premières armes avec les machines Tigercat en tant que technicien sur site. Huit ans plus tard, il aide toujours à superviser l’exploitation. Il suffit également d’évoquer Jeff Cave, représentant du support technique pour les produits d’usine Tigercat, pour comprendre que la réussite de PG Bison doit autant aux hommes qu’aux machines.

Regardez la vidéo HD ci-dessous :

Articles connexes