BTB nº 46 : SAISIE DE VALEUR DANS LES ADIRONDACKS

Exploitant de quatrième génération, Larry Richards parle de ses opérations dans les Adirondacks et de son optimisation des connaissances et de l'expertise de l'équipe pour en tirer le plus grand parti, au grand bénéfice de...

– Paul Iarocci

Richards Logging LLC, basée au cœur des montagnes Adirondack à Tupper Lake, New York, est une entreprise de récolte de bois moderne, innovante, intégrée verticalement et de plus en plus diversifiée. Son objectif principal est la réalisation de coupes d’éclaircie et l’amélioration de peuplements pour les grands propriétaires de terrains et les sociétés de gestion de terrains forestiers. Toutefois, sous la vision de son directeur et copropriétaire Larry Richards, l’entreprise continue de s’adapter et de se diversifier. Between the Branches a passé une journée en compagnie de Larry, et a visité deux sites de récolte, la cour à bois de l’entreprise ainsi qu’un des nouveaux projets de Larry.

L'équipe de Richards Logging. (G-D) : Bob Perras, Tony Roy, John Hammond, Brandon Tokarz, Theresa Richards, Larry Richards, Bruce Richards, Cora Mae Richards, Zach Weber, Ed Moehringer, Terry Green, Kerry Amell, Burt West, Mike Corsetti, Willy Godin, Ray Campany.

L’équipe de Richards Logging. (G-D) : Bob Perras, Tony Roy, John Hammond, Brandon Tokarz, Theresa Richards, Larry Richards, Bruce Richards, Cora Mae Richards, Zach Weber, Ed Moehringer, Terry Green, Kerry Amell, Burt West, Mike Corsetti, Willy Godin, Ray Campany.

Larry représente la quatrième génération d’exploitants. Son arrière-grand-père a enseigné au père de Larry, Bruce, les ficelles du métier lorsqu’il était adolescent. « Mon grand-père était un exploitant d’hiver à temps partiel », explique Larry. « En 1977, mon père a acheté un débardeur et une chargeuse pour 60 000 $ et les a fait passer au niveau supérieur. »

Bruce a fait déménager sa famille et l’entreprise de North Creek, NY, à Tupper Lake, il y a près de 25 ans. « Nous travaillions pour une usine de papier et une nouvelle société de gestion voulait que nous venions ici », explique Larry.

Larry a acheté son premier débardeur Tigercat, un modèle 630E, en 2014.

Larry a acheté son premier débardeur Tigercat, un modèle 630E, en 2014.

Bien qu’il ait dû recommencer dans une nouvelle région et que le recrutement de nouveaux employés ait posé des défis, cela a également eu des avantages. Larry souligne qu’il y avait plus de terres boisées et des peuplements plus grands dans la région de Tupper Lake. « Nous exploitions de 1000 à 1200 ha par an. Cela est difficile à faire sur des parcelles de 40 ha. » La tendance du secteur au regroupement et les propriétaires terriens toujours plus importants ont continué à favoriser Richards Logging. Molpus Woodlands Group, le plus grand propriétaire de terrains de l’État, est un client important. « Ça a été génial de travailler avec eux », explique Larry.

Société centenaire, Molpus possède ou gère des ressources forestières dans plusieurs États et, comme Richards Logging, adopte une approche de l’entreprise innovante et intégrée verticalement. Les fonctions importantes sont réalisées en interne, ses terrains sont gérés de manière intensive pour une croissance biologique optimisée et la valeur ajoutée est maximisée grâce à d’autres possibilités d’utilisation des terres et d’autres idées originales.

Larry considère que Richards Logging est bien plus qu’un entrepreneur d’abattage. Il y voit un partenariat entre son entreprise et les propriétaires fonciers afin que la ressource soit la meilleure possible actuellement, et plus importante encore à l’avenir. Avec plusieurs espèces de billes, de bois à pâte et de bois de chauffage, le merchandising est essentiel. « C’est tout ce qui ajoute de la valeur au propriétaire de terrain », explique Larry, un homme décontracté et chaleureux qui a un excellent sens des affaires et une grande connaissance du secteur.

Le débardeur 635E. Il est grand, ça c'est sûr ! Mais il s'adapte très bien aux opérations de Larry, en excellant sur les longues distances et en prolongeant la saison hivernale avec sa faible pression au sol.

Le débardeur 635E. Il est grand, ça c’est sûr ! Mais il s’adapte très bien aux opérations de Larry, en excellant sur les longues distances et en prolongeant la saison hivernale avec sa faible pression au sol.

Grâce à l’aide de Rick Sage, qui supervise les opérations d’abattage, Richards Logging effectue des coupes d’éclaircie de très haute qualité, de l’élimination de sous-bois et de feuillus : tout le nécessaire pour récolter un produit commercialisable, qu’il s’agisse d’un placage de haute valeur ou de biomasse, tout en contribuant toujours aux objectifs à long terme d’amélioration des peuplements et de gestion durable des forêts. « Rick est le meilleur de l’entreprise et possède une riche expérience. Il représente un élément clé dans cette planification et vraiment un atout majeur pour l’entreprise. »

« J’ai commencé très jeune », rappelle Larry. J’accompagnais toujours mon père au travail lors des abattages manuels et les débardages par câble. Nous sommes passés aux débardeurs à grappin à la fin des années quatre-vingt-dix. » Entretemps, Richards Logging a acheté son premier Tigercat en 1998, une chargeuse 245 de Boonville, succursale de CJ Logging Equipment à New York. Ensuite, en 2004, la première abatteuse-empileuse Tigercat de la société, un modèle 822, qui s’est avéré être pratiquement à l’épreuve des balles. La fiabilité de ces deux machines et le grand soutien de l’équipe de CJ Logging ont ouvert une porte et, en 2014, Larry a reçu un débardeur Tigercat 630E sur le site pour un essai de 40 heures. Il a conduit la machine lui-même.

« Je sentais qu’il allait mieux résister avec le temps », se souvient-il d’avoir pensé lors de la démonstration initiale. « Je me souviens d’avoir pensé, qu’arriverait-il si l’on passe de la marche avant pleine puissance à la marche arrière ? J’ai donc essayé de le faire et la machine a simplement ralenti, s’est arrêtée et est allée dans l’autre sens. J’étais conquis ! » En comparant le débardeur Tigercat original à la marque qu’il utilisait auparavant, il a déclaré : « Nous l’avons trouvé plus lent, mais il a mieux manié l’attelage. C’était donc une question de la fable du lièvre et la tortue. »

Jusqu’en 2009, Richard’s Logging exploitait juste les deux machines Tigercat, la chargeuse et l’abatteuse à chenilles. Sept ans plus tard, la société est allée beaucoup plus loin. Elle utilise deux abatteuses-empileuses 822C, trois débardeurs de la série E et trois chargeuses de la série 234.

Le parc

Le parc à bois est devenu d’une importance capitale pour les opérations de Richards Logging. La capacité de classer chaque bille ajoute de la valeur à l’entreprise et aux propriétaires de terrains. Cela permet souvent des jetées plus petites sur les sites de récolte, offre de la souplesse, qui permet de les empiler, et ouvre de nouvelles opportunités pour d’autres centres de profit.

Un Tigercat 234 monté sur un porteur articulé AC16 décharge les billes et les répartit sur des longerons.

Un Tigercat 234 monté sur un porteur articulé AC16 décharge les billes et les répartit sur des longerons.

La société a acheté le terrain il y a environ dix ans. « Il se trouve juste au milieu de la terre que nous exploitions », explique Larry. Avant cela, Richards Logging ne réalisait pas de classements. À la place, la société vendait simplement des chargements de billes complètes aux usines. Une fois que la nouvelle cour était disponible, la société a commencé à acheter de l’épinette chez quiconque coupait du bois tendre. « Les affaires avaient vraiment décollé », explique Larry. « Un autre gars exploitait un peuplement d’épicéa et, en gros, nous avons racheté son activité. »

Larry a développé une relation solide avec Matériaux Blanchet Inc., une grande scierie privée au Québec. Il s’agit du principal débouché pour toutes les billes d’épinette. « Une entreprise où les transactions se font sur une simple poignée de main », a déclaré Larry. « J’aurais aimé qu’il y ait encore des gens qui travaillent comme ça. »

En 2016, la cour a traité 16 518 mètres cubes, la plupart certifiés SFI (Sustainable Forestry Initiative) et FSC (Forest Stewardship Council). « Toutes nos billes atterrissent ici, ainsi que celles d’autres entrepreneurs travaillant sur les terres de Molpus. » Il existe de nombreux types de bois feuillu, classés par espèce et par catégorie. « L’érable dur à lui seul est classé en cinq piles différentes », explique Larry.

Les billes sont déchargées par un modèle Tigercat 234 monté sur un porteur articulé AC16 et réparties sur des longerons. Après avoir adressé un numéro de ticket et entré le nom de l’exploitant et la date, le mesureur des billes enregistre le diamètre, la longueur et l’espèce de chaque bille à l’aide d’un ordinateur portable de mise à l’échelle. Le système fait le suivi de chaque chargement, gère l’inventaire et crée une facture et un rapport de mesurage.

Larry reconnaît à son père Bruce, copropriétaire de l’entreprise, le mérite d’avoir placé Richards Logging sur la carte. Bruce dirige également une affaire de traitement du bois de chauffage dans la cour. « Ça plaît vraiment à mon père et finalement nous voulons élargir l’entreprise », explique Larry. « Nous voulons avoir un stock et commencer à en faire la publicité. Nous pensons que ce sera une activité à plein temps et c’est un débouché pour le bois qui, autrement, finirait à l’usine de papier. »

Essai de traitement en bord de route

La philosophie de Larry, axée sur le service client, se ressent dans toutes ses paroles. Alors que nous conduisons vers le peuplement d’épinette où la société vient de commencer un nouveau système de traitement en bord de route, le sujet de conversation change à nouveau. « Nous avons travaillé dur pour construire ces relations avec nos clients et nous voulons faire de notre mieux pour les propriétaires de terrains. Vous le verrez aussi chez nos opérateurs. Nous avons beaucoup de jeunes extraordinaires. »

Larry vient de lancer ce système moyennant une façonneuse excavatrice et un tout nouvel opérateur, Zach Weber, âgé de 23 ans. « Le traitement est vraiment nouveau pour nous. Et ça l’est aussi pour Zach. » Récemment diplômé de l’université, Larry l’a d’abord envoyé à la cour à bois afin qu’il puisse en apprendre sur les billes. Larry est sûr que le traitement est la bonne direction à suivre afin de développer davantage l’épicéa.

Un débardeur 630E transporte des arbres complets à la jetée. Une planification minutieuse offre une grande souplesse face aux aléas de la météo et à d’autres facteurs de complication, et permet également d’avoir beaucoup d’espace autour des machines. L’abatteuse-empileuse 822C, conduite par Brandon Tokarz, est allée depuis longtemps au site suivant. « Brandon a vu mon travail lors d’une visite de terrain lorsqu’il était au lycée », raconte Larry. Beaucoup de mes jeunes opérateurs ont la vingtaine. Je ne peux pas enseigner l’éthique du travail et l’attitude, mais je peux enseigner tout le reste. Je pense qu’il vaut mieux former un opérateur à partir de rien, mais il faut identifier ceux qui valent vraiment la peine qu’on mise sur eux. » Sans surprise, le taux de rotation des employés chez Richards Logging est très faible.

Le site de bois feuillu

Par la suite, nous visitons une opération d’éclaircie sélective de bois feuillu. Encore une fois, l’on constate qu’un certain degré de séparation a été intégré à la planification, de sorte qu’aucune machine ne travaille vraiment à proximité de l’autre. Deux abatteuses-empileuses 822C sont très loin devant les débardeurs 630E et 635E. Les débardeurs tirent vers l’arrière de la jetée pour les ébrancheuses à flèche. Les ébrancheuses ébranchent, éciment et empilent les billes de pleine longueur. Les chargeuses Tigercat T234 équipées de scies circulaires à chaîne coupent en longueur et chargent les camions. L’opération est bien organisée et assez fluide.

Richards Logging exploite deux abatteuses-empileuses 822C. Selon Larry, les machines se sont révélées être pratiquement à l'épreuve des balles.

Richards Logging exploite deux abatteuses-empileuses 822C. Selon Larry, les machines se sont révélées être pratiquement à l’épreuve des balles.

C’est une opération d’élimination de feuillus. Le diamètre moyen du sous-bois doit être de quinze centimètres avant que le bois mature de haute valeur, comme l’érable et le cerisier, puisse être récolté. De nouveau, pensant toujours à la valeur à long terme, Rick et Larry insistent sur le fait qu’il est crucial de laisser tout le sous-bois intact après l’éclaircie. Bien que le plus grand débardeur de l’entreprise parcoure ce peuplement, beaucoup d’efforts sont déployés pour s’assurer que pas un seul jeune arbre ne soit écrasé inutilement. Pour atteindre ses objectifs, Larry considère que le 635E est la machine de débardage ultime : idéale pour les longues distances, avec la flottation adéquate pour prolonger la saison hivernale. À la fin de l’hiver, les débardeurs effectuent également des voyages de retour avec de la broussaille pour remplir les principales pistes de débardage d’une épaisse couche de matériau très efficace pour prolonger la saison.

Pour ce qui est du bois feuillu, les chargeuses T234B équipées de scies circulaires coupent en longueur et chargent.

Pour ce qui est du bois feuillu, les chargeuses T234B équipées de scies circulaires coupent en longueur et chargent.

Larry et son épouse Theresa sont mariés depuis 23 ans et ont trois enfants : Allison, Elaine et Bryce. Bien que relativement nouvelle dans l’entreprise, Theresa prête main-forte au bureau, en gérant la masse salariale, les droits de coupe et l’inventaire. « Mes parents sont pratiquement à la retraite », explique Larry « et mon fils Bryce, âgé de 16 ans, s’intéresse à l’entreprise et travaille avec nous à temps partiel. »

La mère de Larry, Cora Mae, fait partie de l’entreprise depuis plus de trente ans. Au cours des deux dernières années, Cora Mae a décidé de prendre une retraite partielle, et la société a recruté Michelle Delair pour assumer ses responsabilités au bureau.

« Kerry Amell a travaillé avec nous depuis plus de vingt ans », explique Larry. « Son dévouement à l’entreprise et les connaissances qu’il a accumulées au fil des ans en font un atout majeur dans la cour et dans la forêt. » Richards Logging emploie dix opérateurs de machines, généralement deux ou trois dans la cour à bois, ainsi que deux techniciens à l’atelier. La société réalise l’ensemble des travaux de maintenance sur les machines et les camions. Nous avons dix camionneurs et deux personnes au bureau.

L’amélioration des terrains

Larry a récemment acheté une parcelle de 345 ha de bois feuillu près du lac Tupper. La propriété comprend un lac, une cabane et un peu d’histoire. Des activités d’abattage y ont eu lieu par le passé et l’objectif est d’y établir un projet d’amélioration des terres. Larry nettoiera les déchets de bois laissés au sol et commercialisera la biomasse. Grâce à des pratiques de récolte sélective appropriées, il pourra récolter du bois commercialisable et permettre une nouvelle croissance, tout en améliorant finalement la qualité du peuplement.

La parcelle de bois feuillu de 345 ha, qui sera soumise à un traitement d'amélioration de la terre, abrite une cabane idyllique au bord du lac.

La parcelle de bois feuillu de 345 ha, qui sera soumise à un traitement d’amélioration de la terre, abrite une cabane idyllique au bord du lac.

Il envisage d’effectuer d’autres améliorations du site, comme la réduction des sentiers récréatifs, l’amélioration de la route et la rénovation de la cabane dominant le lac. « C’est un bon terrain qui nous donnera quelque chose à faire au printemps », dit-il. C’est un autre exemple de pensée progressive : tirer parti de l’unique compétence de l’entreprise pour envisager, au-delà de la récolte du bois, des voies supplémentaires et novatrices dans le but de diversifier l’activité et de créer de la valeur.

Articles connexes

BTB nº 41 : POINTS EN COMMUN

Brian Souers, le propriétaire de Treeline, nous parle de son entreprise, des exigences d'équipement changeantes et de ses efforts pour avoir des pièces de machines communes.