Skip to content

BTB nº 52 : Le travail aux temps de la COVID-19

Brain Jonker, responsable des pièces de rechange, explique quelques leçons tirées des premiers jours de la COVID sur la façon de gérer les services essentiels pendant une pandémie.
Photo de Brian Jonker, responsable des pièces de rechange

Brian Jonker, responsable des pièces de rechange

Au risque d’exagérer l’évidence, ce sont les moments les plus inhabituels et les plus difficiles de mes 24 ans de carrière professionnelle. L’étrange et inquiétant virus de la COVID-19 a radicalement changé notre façon de vivre et de travailler. Au cours de cette période, l’exploitation forestière a été désignée comme service essentiel et c’est pourquoi nous continuons à travailler dans les départements de pièces de rechange, d’entretien et de réparation de Tigercat. Les commandes ont été prises et expédiées et l’assistance téléphonique a été assurée pour notre réseau de concessionnaires tous les jours, sans relâche. Mais je ne dirais pas que tout s’est passé comme d’habitude. À vrai dire, c’est loin d’être le cas.

Nous avons intégré toutes les meilleures pratiques qui ont été décrites par les différents organismes de santé. La distanciation sociale, le lavage fréquent des mains, la disposition de quantités suffisantes de désinfectant et le nettoyage plus fréquent des points de contact communs sont devenus la nouvelle norme.

Par ailleurs, nous avons limité l’accès à notre bâtiment. Même nos propres chauffeurs de camion longue distance ne sont pas autorisés dans certaines zones. Nous avons espacé tous les postes de travail de nos employés de bureau, en utilisant des salles de réunion et des espaces jusqu’alors inutilisés. Nous avons réaménagé nos réfectoires de façon à ce qu’il n’y ait qu’une seule personne par table. Chacun est désormais responsable du nettoyage de son propre espace de travail afin de s’assurer qu’il est fait selon son goût personnel, et d’éliminer le risque que d’autres personnes touchent ce même espace. Si quelqu’un est malade, il reste à la maison. Personne dans nos installations ni dans notre entrepôt américain en Géorgie n’a présenté de symptômes ou n’a été testé positif à la COVID-19, mais des programmes ont été mis en place pour faire face à cette éventualité.

Outre le changement de pratiques, nous nous sommes réunis plus souvent (tout en respectant les gestes barrières), parfois juste pour partager les dernières nouvelles de l’entreprise. Il est nécessaire de prendre toutes les précautions mentionnées précédemment, mais sans une communication constante, je ne crois pas qu’il soit possible d’assurer une véritable continuité des activités. En ces temps difficiles, il est plus important que jamais que tout le monde soit sur la même longueur d’onde.


Laura Rourke, responsable Santé et sécurité de Tigercat.

Laura Rourke, responsable Santé et sécurité de Tigercat a joué un rôle essentiel dans la réponse de Tigercat face à la pandémie de COVID. Elle a planifié et mis en œuvre de nouvelles mesures pour assurer un retour au travail en toute sécurité pour tous les employés et a organisé de très nombreuses réunions virtuelles dans le cadre de ce processus.


L’atmosphère est anxiogène à cause de la menace de maladie et de l’augmentation du chômage. Les gens veulent travailler, mais seulement dans des conditions qui leur permettent de se sentir en sécurité. Notre priorité absolue est la santé et la sécurité des employés. Et cela inclut la santé mentale. Les réunions fréquentes permettent non seulement de partager des informations, mais aussi de recevoir un retour d’information. Les gens sont-ils mal à l’aise ? Si oui, pourquoi ? Que pouvons-nous faire pour améliorer la situation ?

Un groupe de travail COVID-19 a été formé au sein de notre entreprise pour créer des processus qui assurent la stabilité et la continuité dans nos douze usines. Les responsables de toutes les installations se réunissent en ligne chaque semaine avec le groupe COVID-19 pour discuter de cette situation toujours changeante. Ces réunions permettent d’obtenir des informations précieuses qui peuvent être transmises à l’ensemble du personnel.  Le partage est essentiel. Tout le monde veut être informé et de manière directe. Cela permet d’éviter les rumeurs et d’établir un climat de confiance.

Je suis très fier des personnes avec lesquelles je travaille, aussi bien ici que dans notre entrepôt en Géorgie. Il semble que tout le monde ait relevé le défi jusqu’à présent. Tout le monde a travaillé ensemble pour garder les choses propres. Les gens ont respecté leurs espaces respectifs. On a vraiment l’impression que les gens se soucient les uns des autres et de l’entreprise. Au cours des huit dernières semaines, nous avons eu très peu d’absentéisme et je ne cesse de dire que je n’ai jamais vu les occupants de notre bâtiment en meilleure santé.

L’adversité peut avoir des conséquences positives. Je pense qu’un certain nombre des initiatives qui ont été mises en œuvre deviendront la nouvelle norme, même après avoir enrayé la COVID-19. Ces pratiques contribueront à un avenir plus sain, tant sur le plan physique que mental. Prenez soin de vous et continuez à communiquer.


Joe Barroso remplit une bouteille de désinfectant pour les mains à l’usine des débardeurs. Un grand récipient de désinfectant pour les mains a été placé à l’entrée des employés de l’usine. Les employés sont invités à apporter une bouteille réutilisable et à garder du désinfectant pour les mains à leur poste de travail.