Skip to content

BTB nº 50 : La Ford Anglia 1959 de George

George Deering a commencé à travailler sur sa voiture de rêve, une Ford Anglia 100E de 1959, à l'été 2000 : il arrivait au travail quatre heures avant le début de son quart de 6 h du matin pour passer du temps dessus alors que les autres mordus de bagnoles ne faisaient que rêver à leurs hot rods. Dix-huit ans plus tard, il a enfin terminé la restauration de son hot rod tant attendu.

– Samantha Paul

George Deering, superviseur de la maintenance de Tigercat devant son hot rod, une Ford Anglia classique de 1959.

George Deering, superviseur de la maintenance de Tigercat devant sa Ford Anglia classique de 1959.

À la rencontre de George

George a commencé à travailler en tant que technicien de maintenance à l’usine MacDonald Steel, située au 1556 Industrial Road, à Cambridge, en Ontario, en 1981. Aujourd’hui, il occupe le poste de superviseur de la maintenance dans le même bâtiment, devenu une usine Tigercat, où sont produits les têtes d’abattage, les abatteuses-empileuses et les broyeurs. « J’ai commencé à travailler dans l’entreprise à ses débuts. À l’époque, il n’y avait qu’une seule petite usine. Je suis le quarante-neuvième employé de MacDonald Steel. Nous nous appelons les anciens maintenant », déclare George.

 

La Ford Anglia

L’Anglia était le modèle le plus sobre et le moins cher des Ford fabriquées en Angleterre. Le modèle 100E a été conçu par l’entreprise Lacuesta Automotive. Il était disponible dans une version à deux portes appelée Anglia, et une à quatre portes appelée Prefect. Le volant du modèle 100E était placé à droite et celui du modèle 101E était placé à gauche pour qu’il soit exporté vers l’Amérique du Nord. La voiture était très bien construite. Mais en raison de sa légèreté, la voiture se comportait comme un morceau de carton par vent de travers.

En 1959, cette voiture valait 1539 $.

 

George a réalisé la plupart des travaux de restauration de la Ford Anglia de 1959 au 1556 Industrial Road. L’Anglia était entreposée dans une remorque de 14 mètres dans la cour. George arrivait à l’usine à 2 h du matin, l’amenait dans le bâtiment à l’aide d’un chariot élévateur à fourche et y travaillait jusqu’à 6 h du matin, lorsque son quart de travail commençait. George était content de pouvoir utiliser les ponts roulants. « Je pouvais l’accrocher à la grue et avoir tous les outils dont j’avais besoin », se souvient-il.

Le projet a commencé avec deux voitures. Il avait acheté un véhicule pour 1 000 $ et un autre pour 200 $. « Ils étaient en très mauvais état, alors je les ai coupés en deux et je les ai assemblés », explique-t-il. George a ensuite acheté un moteur complet en caisse, des roues et une partie arrière. « J’avais déjà dépensé 5000 dollars et je n’avais encore rien fait », remarque-t-il en riant.

 

 

Hot rods classiques : la Ford Anglia 1959 nouvellement restaurée.

240 pièces au total ont été expédiées du Royaume-Uni pour le projet de George. La voiture est équipée d’entretoises Volvo, de bras de commande Jaguar et de broches d’essieu Rambler. C’est tout un mélange.

 

La restauration

Le hot rod Anglia de George est entièrement construit à la main et hautement modernisé. « Ce projet a demandé beaucoup de réflexion et de temps.  Tout y est neuf », explique George. Il l’a doté de vitres électriques, de serrures de portières électriques, de climatisation, de régulateur de vitesse et d’un capot électrique. « Les voitures étaient plus simples à l’époque, et aucune de ces options n’était disponible », ajoute-t-il. La voiture n’était pas équipée de ceintures de sécurité de série à l’époque, il a donc dû les installer. Il a cependant décidé de ne pas ajouter d’appuie-tête, pour ne pas trop s’éloigner du style d’origine.  

 

 

GEORGE A PRÉSENTÉ SA FORD ANGLIA À L’EXPOSITION DE VOITURES PERSONNALISÉES ET DE SPORTS MOTORISÉS DE TORONTO EN MARS DERNIER.LA VOITURE A BEAUCOUP ATTIRÉ L’ATTENTION ET GEORGE EST RENTRÉ CHEZ LUI EN AYANT REMPORTÉ LE PRIX AU MEILLEUR VÉHICULE.

 
 
 

240 pièces au total ont été expédiées du Royaume-Uni pour le projet de George. La voiture est équipée d’entretoises Volvo, de bras de commande Jaguar et de broches d’essieu Rambler. C’est tout un mélange. « Tout est neuf dans cette voiture. Absolument tout. De nouveaux caoutchoucs pour les portières, les feux arrière, les phares », déclare George.

Il a passé d’innombrables heures à restaurer son hot rod. Certaines tâches ont pris plus de temps que prévu et d’autres moins.  Les freins et la direction ont été installés facilement, ce qui l’a agréablement surpris. Le frère de George s’est occupé de la carrosserie. « Il lui a fallu cinq ans pour le faire. Il est lent, comme moi », dit-il en plaisantant.

 

Photos des composants de la Ford Anglia 1959 restaurée.

La Ford Anglia 100E de 1959 était équipée à l’origine d’un moteur 4 cylindres de 36 chevaux. George l’a remplacé par un moteur à 8 cylindres de 350 chevaux.

 

Une fois la tapisserie terminée et les sièges et les vitres installés, George a commencé à voir la lumière au bout du tunnel. « Ça a commencé à ressembler à une vraie voiture », indique-t-il.

Kirk, le fils de George, travaille avec lui au département de maintenance. « On s’entend très bien », déclare le père. George voulait réparer la voiture pour le baccalauréat de Kirk : il a 33 ans maintenant et la voiture vient tout juste d’être mise sur la route. « Il ne faut pas être pressé ! », dit-il en rigolant.

 

Projet de restauration de voiture : Ford Anglia de 1959

La Ford Anglia de 1959 devant le site de Tigercat au 63 de l’avenue Morton.

 

Dix-huit ans plus tard, George calcule qu’il a dépensé au total 80 000 $ dans la voiture. « On ne peut pas gagner de l’argent avec un hot rod », explique-t-il. « C’est pourquoi je dis aux personnes de mon âge qui rêvent de construire un hot rod d’aller en acheter un déjà terminé pour 40 000 $. On peut se faire de l’argent avec une Cadillac classique. Mais pas sur ce type de projet. »

Ce projet est une vraie réalisation. George est reconnaissant envers le propriétaire de Tigercat, Ken MacDonald, et tous les employés qui l’ont aidé au fil des ans. Bien qu’il soit modeste, George est très fier de lui-même et a hâte de montrer son œuvre. Il compte emmener l’Anglia à plusieurs salons automobiles ce printemps. « Cette voiture est unique. Elle attirera sûrement l’attention aux salons automobiles d’ici ! »

 

 

Projet de restauration de voiture : Ford Anglia de 1959

George montrant des photos qu'il a prises tout au long du processus de restauration.

George montrant des photos qu’il a prises tout au long du processus de restauration.

 

Intérieur de la voiture de collection Ford Anglia de 1959

Ford Anglia 1959

brèves caractéristiques

350 cv

couple 344 ft-lb

Moteur complet en caisse

Têtes Edelbrock en aluminium

Prise d’air de carburateur en aluminium Holley 600 PCM

Distributeur haute énergie Mallory

Têtes en acier inoxydable

Pompe à carburant et à huile à haut débit

Conduites à quatre boulons

Pistons forgés à tête plate

Convertisseur de couple de démarrage 2400 tr/min

Transmission 200R avec kit de changement de vitesse

Arbre d’entraînement en aluminium spécialement conçu