BTB nº 47 : Premières impressions à propos du LX870D

BTB s'est rendue à Olympia, dans l'État de Washington, à la rencontre de l'opérateur Gary Smith, pour connaître ses impressions sur sa nouvelle abatteuse-empileuse à chenilles LX870D. Gary travaille chez R.L. Smith Logging, qui...

BTB : Quand avez-vous commencé à utiliser le LX870D ?

Gary : La machine a commencé à fonctionner début février. Elle a actuellement environ 1 100 heures.

BTB :Quelle machine conduisiez-vous avant celle-ci ?

Gary : J’étais sur un modèle Tigercat 870C doté d’une scie 5702. Il a fonctionné pendant 21 000 heures et je l’ai conduit pendant environ onze ans quand nous l’avons remplacé par le nouveau. Avant cela, j’ai conduit un engin Timbco.

Gary Smith de R.L. Smith Logging devant son abatteuse-empileuse à chenilles LX870D de Tigercat.

Gary Smith de R.L. Smith Logging devant son abatteuse-empileuse à chenilles LX870D de Tigercat.

BTB : Depuis combien de temps utilisez-vous l’équipement ?

Gary : J’ai commencé à utiliser de l’équipement forestier en 1988. Donc cela fait pratiquement trente ans.

BTB : Que pensez-vous du nouveau modèle ?

Gary : Pour l’instant, je suis ravi. Les mouvements de la flèche tout comme la tête de scie sont rapides. Il y a eu un bon travail de réflexion derrière cette machine. Je suis content depuis le premier jour. La première fois que je l’ai conduit, il m’a paru impressionnant. Les gars qui l’ont construit s’y connaissent en chargeuses. Ils ont même placé la zone de stockage à l’arrière, ce qui est idéal pour les manilles des attaches. La boîte à outils est aussi vraiment sympa, je peux y mettre un kit de déversement et fermer la porte et rien ne se renverse.

Le modèle LX870D est attaché sur un terrain escarpé près d'Olympia dans l'état de Washington.

Le modèle LX870D est attaché sur un terrain escarpé près d’Olympia dans l’état de Washington.

BTB : Pourquoi avez-vous décidé d’acheter un modèle Tigercat LX870D ?

Gary : La différence au niveau des coûts de maintenance est énorme. Je veux dire des dizaines de milliers de dollars de moins par an pour le fonctionnement. J’ai dit à Roger : « achète ce que tu veux, mais le modèle 870 était tellement bon que la question ne se pose même pas ». Cette machine a fonctionné pendant plus de 21 000 heures et elle est toujours dotée de son roulement de rotation d’origine. Le roulement de rotation de l’autre marque avait déjà été remplacé deux fois à 10 000 heures. Il s’est gravement fissuré d’un bout à l’autre. D’autres marques surchauffent, contrairement à Tigercat. La température de l’huile indiquée sur l’ordinateur n’a jamais dépassé 61,66 ; c’est très frais pour une abatteuse-empileuse.

BTB :Avez-vous remarqué de nouvelles fonctionnalités avec la nouvelle cabine ?

Gary : J’étais très méfiant à propos de la caméra de recul, mais je m’y suis habitué très vite et je l’apprécie vraiment. Je l’utilise tout le temps. Au début, je ne pensais pas que j’allais l’aimer, mais en fait elle est parfaite pour les attaches. Elle me permet de surveiller mes câbles d’amarrage sans avoir à pivoter quand je descends la colline. Nous réalisons également beaucoup de coupes sélectives autour des ZGR [zones de gestion des ressources]. Normalement, il faut tourner pour sortir, mais il suffit désormais d’utiliser la caméra pour faire marche arrière. C’est vraiment une bonne affaire.

Gary aime jouer de la guitare, son frère a donc ajouté « Gig Bear » à la porte de sa cabine.

Gary aime jouer de la guitare, son frère a donc ajouté « Gig Bear » à la porte de sa cabine.

BTB : Que pensez-vous du train de roulement plus long R-163L ?

Gary : Cette machine tourne beaucoup plus légèrement, malgré son poids. Elle fonctionne comme si elle pesait 4,5 tonnes de moins. Nous étions inquiets à cause du terrain meuble, mais la pression au sol est encore meilleure qu’avec le modèle 870 plus ancien.

BTB :Votre ancienne machine n’était pas dotée de la technologie ER, l’utilisez-vous maintenant ?

Gary : Oui, elle permet de dépenser moins d’énergie et la flèche tire tout droit. C’est tellement rapide.

BTB :Aimez-vous le système audio Bluetooth® ?

Gary : J’ai dit à mes enfants que j’avais un Bluetooth et ça a les a fait rire. Je ne sais pas comment ça marche, mais mes enfants m’ont dit qu’ils me donneraient un iPod et me le connecteraient.

BTB : Quelles améliorations proposeriez-vous aux ingénieurs en usine ?

Gary : Franchement, je ne vois pas du tout. La machine dispose de tout ce qui devait être changé sur l’ancien modèle. Je n’y trouve rien à redire. L’accès est excellent et des marches sont disposées là où on en a besoin. J’aime le fait qu’on puisse faire le plein sans lever le couvercle. Avoir des lumières intérieures lorsque l’on ouvre la porte le matin est très agréable.

Je suis enchanté depuis le premier jour.

BTB : Avez-vous utilisé un système télématique ?

Gary : J’aime savoir combien de carburant et de FED j’utilise tous les jours. Ma belle-sœur Carmen s’occupe du bureau et aime contrôler la consommation moyenne de carburant et de FED. Elle m’a montré comment se connecter et regarder les graphiques pour voir quand je suis au ralenti et quand je travaille. Cela a été vraiment intéressant à voir. Il se trouve que je suis en mode accéléré deux heures Je travaille pendant deux heures, puis je fais une pause de 10 minutes et je me détends. Ensuite, je repars pour deux heures. Je n’ai jamais fait attention à mon profil, mais (mon frère) Roger se moquait de ça.

BTB :Qu’est-ce que cela fait de travailler avec votre frère plutôt que de diriger votre propre entreprise comme vous l’avez déjà fait ?

Gary : J’aime ça. Désormais, je ne dois faire que la partie que j’aime. Tout ce que je fais est de prendre soin de ce bébé (dit-il en indiquant son LX870D). Et Roger trouve le travail. Quand je travaillais à mon compte, j’étais seul, il n’y avait que moi. Je devais arrêter de travailler pour répondre aux appels d’offres, sans aucune garantie d’attribution, ce qui m’embêtait. J’ai décidé que je voulais avoir le temps d’aller aux matchs de baseball avec mes enfants. Cela est plus mon genre. Je n’aimais pas être chef d’entreprise.

BTB :Avez-vous visité l’usine de Tigercat ?

Gary : J’avais l’intention d’y aller, mais j’ai eu un empêchement et c’est finalement notre mécanicien qui s’y est rendu. Il n’a pas arrêté d’en parler pendant des mois. Il l’a trouvée tellement instructive. La seule question à laquelle on ne lui a pas répondu était celle concernant le type d’acier utilisé. Le personnel a simplement ri. Roger dit que je devrais y aller un jour et je veux le faire. J’ai vu Ken (MacDonald) lors de deux démonstrations de débardage et j’ai assisté à un dîner organisé par Tigercat. Cet homme est impressionnant ! C’est le type de personnes qui vous donne envie de leur acheter de l’équipement. On voit tout de suite que ce n’est pas une entreprise qui ne pense qu’à vendre ces produits. Avec ce modèle et le précédent, il y avait toujours quelqu’un pour demander si les choses allaient bien après l’achat. Vous savez qu’il y a quelqu’un à l’usine au Canada qui s’intéresse à vous.

Articles connexes