Skip to content

L’esprit de compétition

Darío Valdés nous parle de sa passion pour l’industrie forestière, de ses efforts pour développer et moderniser son entreprise et de sa recherche constante de croissance.

— Jorge Victoria

Transportes Valdés est l'une des plus grandes et des plus anciennes entreprises forestières de la région de Maule, au Chili. Darío Gustavo Valdés Muñoz, entrepreneur très travailleur, en est le propriétaire et le directeur. L'entreprise a son siège à Constitución et dispose de succursales à Chillán et Arauco. L'entreprise, qui a commencé avec un seul camion grumier, a été transformée par Darío Valdés en une grande entreprise exploitant des centaines de camions, ainsi que des équipements dédiés au chargement et au transport de produits forestiers.

L'entreprise a été fondée en 1972 par Darío Omar Valdés, le père de Darío. À la fin des années soixante, les perspectives d'emploi se faisant rares à Constitución, Darío Omar se joint à un groupe d'habitants qui, accompagnés de leurs représentants, manifestent pour demander à la Corporación de Fomento de la Producción (CORFO) d'installer son usine de pâte à papier à Constitución, pour ainsi créer plus d'emplois dans la ville. Nous savons tous que l'histoire est écrite par les vainqueurs, et les habitants de Constitución atteignent leur objectif. Celulosa Constitución S.A. Nait en 1969. Quelques années plus tard, Darío Omar, avec un seul camion, lance ce qui allait devenir une entreprise de transport prospère. Les premières années ne sont pas faciles. Darío Omar transporte de la pâte à papier vers Valparaíso et Puerto San Antonio, et chaque aller-retour prend près de trois jours.

En 1979, Celulosa Constitución S.A. et Celulosa Arauco S.A. (une autre usine appartenant à la CORFO) fusionnent, donnant naissance à la Sociedad Celulosa Arauco y Constitución S.A. - mieux connue sous le nom d'ARAUCO - l'une des plus grandes entreprises forestières d'Amérique latine. Au fil des ans, Transportes Valdés forge une relation solide et durable avec ARAUCO, et Darío attribue une grande partie de la croissance de son entreprise au géant forestier chilien. « Lorsque ARAUCO a été créée, nous avons commencé à travailler avec eux, petit à petit. » Darío explique que jusqu'en 2000, son entreprise fonctionnait avec un seul quart de travail. « Mais après 2000, nous sommes passés à deux quarts. Pour moi, les relations avec le personnel d'ARAUCO sont excellentes », déclare-t-il.

Continuer ou non ?

En 2013, le décès du père de Darío marque un tournant pour l'entreprise, entraînant l'inévitable décision : poursuivre ou non l'activité. C'est à Darío et à sa mère, Gloria Ximena, que revient la décision de savoir ce qu'il fallait faire de l'entreprise. Darío raconte : « Lorsque mon père est décédé, j'ai demandé à ma mère : qu’est-ce qu’on fait ? Mieux vaut fermer ou continuer ? Si on continue, il faut redresser l'entreprise et la professionnaliser. »
La première mesure prise par Darío est d'embaucher un responsable chargé de trouver de nouveaux contrats. Il engage Enrique Soto Valenzuela, qui est aujourd'hui le directeur de l'entreprise. Après dix ans, Transportes Valdés connait une croissance exponentielle. L'entreprise est passée de 50 employés en 2013 à près de 500 aujourd'hui. Darío ajoute : « Nous aurions pu fermer boutique, vendre les machines et investir dans d'autres choses. Mais nous avons décidé de continuer, et je pense que nous avons eu raison. Après dix ans, si l'on fait le calcul, tout est positif. »

Aujourd'hui, Transportes Valdés emploie près de 500 personnes et dispose d'une vaste flotte d'environ 200 camions forestiers et chargeuses, y compris des camions autochargeurs, des camions à grumes et à pâte et des chargeuses montées sur camion. Son impressionnante flotte de chargeuses Tigercat, comprenant les modèles 220D et 220E, s'élève à 26 unités.

Darío nous explique que la croissance rapide de l'entreprise l'a confronté à un défi particulier : la gestion du personnel. Sa solution a consisté à déléguer différents rôles, à s'entourer d'une équipe professionnelle et à créer différents départements avec des domaines de responsabilité spécifiques et différents niveaux administratifs. « Lorsque vous avez atteint un certain nombre d'employés et un certain nombre de machines, il devient compliqué de connaître tous vos employés. 500 personnes, cela fait beaucoup. Il faut donc déléguer. Et après, que doit faire un homme d'affaires ? Gérer les effectifs. Veiller à ce que les choses que vous voulez faire soient faites. Parce que vous ne pouvez pas tout faire vous-même. En fin de compte, vous avez besoin de l'aide de vos collaborateurs. Et pour cela, vous devez avoir une bonne équipe, aussi professionnelle que possible. C’est comme ça que vous obtiendrez de bien meilleurs résultats », explique Darío.

Il souligne que la croissance de l'entreprise est directement liée à la qualité. « C’est vrai, il faut répondre à l'appel d'offres, mais il faut aussi faire du bon travail. Lorsque vous obtenez des contrats, vous devez essayer de faire le meilleur travail possible, car c'est la seule façon de présenter au client de bons indicateurs et de bons chiffres. En faisant de notre mieux, nous avons remporté de nombreux contrats et nous nous sommes beaucoup développés. »

Viser la première place, à chaque fois

Darío Ignacio, le fils aîné de Darío, s’est impliqué dans l'entreprise dès son plus jeune âge et travaille actuellement comme responsable de la gestion des camionnettes. À vingt ans, il est responsable d'une cinquantaine de camionnettes de l'entreprise. Il est passionné par le secteur forestier, mais aussi par la course automobile. « C'est plus ou moins la même passion », dit Darío. « Il y a des passionnés de l’industrie forestière et des passionnés de course automobile. » Darío Ignacio a convaincu son père de l'aider à faire courir des Fiat dans la catégorie Fiat 600. C'est ainsi que Darío Valdés, avec Arturo Veas Araya de Mecánica Araya, a formé l'équipe Transportes Valdés. Les Fiat 600 de cette catégorie sont de vieilles voitures des années 60, reconditionnées pour la piste. Elles atteignent des vitesses dépassant les 125 km/h.
Darío Ignacio, ou « Tato » comme on l'appelle dans la forêt, a déjà remporté plusieurs victoires. Il a été élu meilleur nouveau conducteur de sa catégorie par le Club de Automovilismo Deportivo (CAD) Cartagena en 2023. Son caractère compétitif lui vient sans aucun doute de son père. Que ce soit sur la piste ou dans son entreprise, Darío Valdés vise toujours la première place. Il possède plus de chargeuses Tigercat 220 que n'importe quel autre entrepreneur dans le monde. « Mon seul problème, c'est que je suis très compétitif et que j'aime prendre des risques. Quand je me passionne pour quelque chose, j'essaie toujours d’atteindre la première place », déclare Darío.

Polyvalence dans le chargement routier

Les chargeuses montées sur camion sont essentielles pour l'industrie forestière chilienne. En raison de la géographie accidentée du Chili, ce type de chargeuse s’est imposé comme une solution très efficace et adaptée, combinant une excellente mobilité avec une petite taille globale, idéale pour les petites jetées en bordure de routes de montagne étroites et sinueuses. Darío souligne que les machines n'ont aucun problème pour accéder aux terrains escarpés. Il précise également qu'il s'agit d'une solution plus efficace et plus mobile qu'une excavatrice sur roues. « La vérité, c'est que cette chargeuse montée sur camion permet de se déplacer dans plus d'endroits et beaucoup plus rapidement. Nous avions une excavatrice sur pneus, mais elle se déplace à une vitesse de quinze à vingt kilomètres par heure sur le terrain. Un camion se déplace à 35 ou 40 kilomètres par heure. Je pense que cette polyvalence est à l'origine du succès des chargeuses montées sur camion dans notre pays. »

Transportes Valdés travaille principalement sur les propriétés de la société ARAUCO, dans les régions de Constitución, Chillán et Arauco. La flotte Tigercat charge environ 160 000 mètres cubes par mois, mais est capable de charger 200 000 mètres cubes pendant la haute saison. Chaque machine charge entre douze et quatorze camions par jour. À l'exception de l'entretien de routine, l'ensemble de la flotte de 26 chargeuses Tigercat fonctionne tous les jours.

Darío affirme que ses chargeuses Tigercat 220E consomment moins de carburant que les autres marques. Cette économie est le résultat direct de l'évolution du modèle, de l'efficacité du système hydraulique et de l'intégration des moteurs FPT. Il affirme également qu'elles sont plus rapides. Elles sont également très confortables et ce sont les machines préférées de ses opérateurs. « J'aime cette machine. Je ne pense pas qu’il faille changer de marque, parce qu'elle fait bien son travail. »

Latin Equipment, un partenaire clé

Le désir de réussir et de faire progresser son entreprise a conduit Darío à rechercher des partenaires clés pour l'aider à atteindre ses objectifs. Latin Equipment est clairement l'un d'entre eux.

L'expérience de Transportes Valdés avec Tigercat et Latin Equipment s’est révélée très positive dès le début. Ayant vu des chargeuses Tigercat 220D à l'œuvre sur d'autres exploitations forestières, Darío a décidé de parler aux représentants de Latin Equipment, Cristian González et Rodrigo de la Sotta, pour examiner de plus près les performances des chargeuses Tigercat. Satisfait de ses constatations, Transportes Valdés a entamé en 2017 sa relation avec Latin Equipment en achetant huit chargeuses 220D.
Darío souligne que la structure agile de Latin Equipment a été déterminante pour décider de poursuivre sa collaboration avec eux. Il indique également que la présence de Latin Equipment à Constitución est un atout. Sa réponse rapide et efficace et son soutien continu ont fait de Latin Equipment le partenaire idéal pour répondre aux exigences et aux attentes élevées d'une entreprise de l'envergure de Transportes Valdés. « Après avoir entamé notre relation avec Latin, je me suis posé plusieurs questions : Comment se sont-ils comportés ? Nous ont-ils soutenus ? Nous ont-ils aidés ? Ce qui fait la différence, c'est la structure d'entreprise plus simple de Latin. Sa concurrente, appelons-la ainsi, est une entreprise plus grande. La communication et l’aspect administratif sont donc très compliqués. Je n'aime généralement pas trop cela, car cela fait perdre beaucoup de temps. Notre expérience avec Latin était bonne. Si cela n’avais pas été le cas, nous ne serions pas revenus pour acheter deux fois plus de chargeuses. »

À l'avenir, Darío espère poursuivre sa trajectoire de croissance et se développer non seulement sur d'autres zones géographiques, mais aussi sur d'autres marchés. « Nous avons l'intention de continuer à nous développer. La pandémie nous a affectés de bien des manières. Elle nous a forcés à nous mettre en veille, en quelque sorte. Aujourd'hui, alors que nous revenons à la normale, nous essayons de continuer à nous développer. » Darío ajoute que le soutien apporté par Pedro Venegas et Juan Velásquez, les représentants de l'usine Tigercat, a été essentiel à la réussite de Transportes Valdés. « Il y a de nombreux facteurs à prendre en compte. Un bon service, toujours avoir les pièces détachées nécessaires, avoir le soutien de la marque en cas de besoin, tout cela aide. Si nous avons autant de machines Tigercat, c'est parce que nous croyons vraiment en la marque et en l'entreprise qui la représente, c'est-à-dire Latin. Si ce n'était pas le cas, nous ne travaillerions pas avec eux. »

Related Content

loader-icon

L’esprit de compétition


Darío Valdés nous parle de sa passion pour l'industrie forestière, de ses efforts pour développer et moderniser son entreprise et de sa recherche constante de croissance.