Skip to content

BTB 48 : SOUDAGE ROBOTISÉ

Le premier article d'une nouvelle série du magazine Between the Branches. « À l'usine » met en valeur différents aspects du processus de fabrication de Tigercat. L'entreprise a investi de manière importante dans de nouvelles machines et technologies afin d'améliorer continuellement l'efficacité et la qualité de fabrication. Dans ce numéro, Chris McMillan parle au VP fabrication, Joe Barroso, des dernières cellules de soudage robotisées de Tigercat dans l'usine des débardeurs.

– Chris McMillan, rédacteur technico-commercial

Répondre à la demande

La demande pour les machines Tigercat ne cesse d’augmenter, et le niveau de la technologie de fabrication doit suivre cette tendance. Les dernières technologies permettent d’adapter la production à la demande croissante du marché tout en augmentant la qualité et l’efficacité. C’est pourquoi Tigercat continue d’investir de manière importante dans ses installations de fabrication.

Un soudeur en plein travail.

Depuis un certain temps déjà, les soudeurs et les appareilleurs bien formés sont devenus rares. Il a donc fallu se tourner vers des robots de soudure à la pointe de la technologie.

Le secteur manque detravailleurs qualifiés

Depuis un certain temps déjà, les soudeurs et les appareilleurs bien formés sont devenus rares. Il a donc fallu se tourner vers des robots de soudure à la pointe de la technologie. Comme l’explique Joe Barroso, VP fabrication, usine de débardeurs, « Tigercat a besoin de soudeurs en ce moment. Espérons qu’en formant des soudeurs qualifiés supplémentaires et en comptant sur le support des cellules robotisées, nous parviendrons à répondre à nos besoins de croissance et à atteindre l’équilibre. »

L’avenir du soudage

Le président Grant Somerville considère les robots de soudure comme un outil pour le soudeur hautement qualifié. « Je vois les robots de soudure faire le travail le plus dur, les tâches ardues ou fastidieuses, et les personnes réaliser les tâches exigeant un haut niveau de compétence et d’expérience, ainsi que les projets spéciaux et les prototypes. À l’avenir, le travail d’un soudeur sera extrêmement exigeant et, espérons-le, moins pénible. »

Des étincelles bleues produites par le nouveau bras de soudage robotisé de Tigercat, fabriqué par Wolf Robotics, soudant des pièces.

Nouveau bras de soudage robotisé de Tigercat, fabriqué par Wolf Robotics.

Robots de soudure

Tigercat utilise des robots de soudure depuis de nombreuses années, le concept n’est donc pas nouveau. L’équipe de fabrication a cherché des entreprises capables de fournir des robots de soudure de haute qualité et des installations personnalisées pour s’adapter à l’ensemble des besoins de Tigercat. Wolf Robotics, une société ayant une longue expérience dans la conception et la construction de systèmes robotiques personnalisés pour différents secteurs, a fourni la solution pour l’installation des débardeurs. Une commande a été passée pour une station de soudage à deux cellules en avril 2017. Elle était prête et opérationnelle au mois de septembre suivant.

L’installation est composée de deux cellules, chacune contenant un positionneur de chariot aérien automobile de 1 500 kg doté d’un bras de soudage robotisé et d’un système de contrôle entre les deux cellules. Cette configuration permet au bras de soudage de travailler sur un composant d’un côté, tandis que l’opérateur place une deuxième pièce à souder de l’autre côté. L’avantage est que lorsque le bras de soudage a terminé le travail d’un côté, il peut pivoter et commencer à travailler sur la pièce suivante. Une fois que la soudure a refroidi, elle est retirée et le composant suivant est placé pour être soudé. Tigercat a demandé l’installation d’une fenêtre d’observation teintée sur mesure afin que les visiteurs de l’usine puissent observer le robot au travail.

Avantages

Ce nouveau robot travaille actuellement sur des arches de débardeurs, des boîtes de grappins et des soudures en quart-de-rond. « Nous constatons une réduction du temps de soudage et une augmentation de la capacité de production », explique Joe Barroso. « La quantité de stocks au sol pour maintenir l’alimentation de la ligne est réduite. Au fur et à mesure que les pièces sont soudées, un employé prépare la pièce suivante de manière à ce qu’elle soit prête à partir. »

En plus de la vitesse, la qualité de la soudure est excellente et constante. Le robot autonettoie la pointe de soudage, ce qui fait que le nettoyage avant l’amorçage et la peinture est considérablement réduit. Le chariot aérien automobile peut pivoter sur les trois axes, ce qui permet au bac d’être toujours horizontal et d’avoir une soudure parfaitement placée. Actuellement, le robot fonctionne 80 heures par semaine.

L'opérateur de robot Claus Frey vérifie le progrès du soudeur.

L’opérateur de robot Claus Frey vérifie le progrès du soudeur.

Ajouts futurs

À l’aide de modèles CAO, plusieurs employés de Tigercat peuvent désormais programmer l’unité, spécifier l’emplacement et le type de soudures, effectuer des simulations hors ligne et tester les procédures avant de charger le programme dans l’unité de contrôle de la soudeuse. Au fur et à mesure que d’autres robots de soudure sont installés, davantage d’employés bénéficieront de la formation.

Tigercat a passé des commandes pour plusieurs unités supplémentaires et d’ici fin 2018, neuf autres robots de soudure travailleront dans les différentes installations de fabrication et souderont une grande variété de composants de machines. Différentes configurations sont prévues : sur des rails pour souder des pièces plus longues comme des châssis ou des flèches, des chariots aériens automobiles de plus grande capacité allant de 3 000 à 10 000 kg et des positionneurs d’embouts. Enfin, Barroso voit la possibilité de la robotique d’être employée pour le sablage, la peinture et le lavage sous pression, par exemple. « C’est possible ! » a-t-il conclu. 

 

Quiconque a visité l’usine de production des chaînes cinématiques comprend l’engagement de Tigercat envers la conception et la fabrication de composants essentiels. Pour ceux qui ne l’ont pas fait, nous mettrons l’accent, dans les prochains numéros, sur des technologies et des processus avancés requis pour cet engagement.