Skip to content
Tigercat est spécialisée dans la conception et la fabrication d'équipement d'exploitation forestière de première qualité, et tout particulièrement dans les machines industrielles tout-terrain et l'équipement de transformation des matériaux.

Tigercat aujourd’hui

Tigercat est une société canadienne privée et à intégration verticale, dotée d’une grande expertise dans le domaine de l’ingénierie, de la conception, de la fabrication et de l’entretien de machines pensées pour des travaux exigeants.


Usine d'assemblage de transporteur à chenilles Tigercat à Paris, Ontario

Usine d’assemblage de transporteur à chenilles Tigercat au 160 Consolidated Drive, à Paris, Ontario.


Nous puisons nos racines dans la forêt

Tigercat compte sur plusieurs dizaines d’années d’expérience dans le domaine de l’exploitation forestière et est passée maîtresse dans l’art de concevoir des systèmes structuraux, mécaniques, hydrauliques et électroniques complexes, qui évoluent chaque jour dans des conditions défavorables extrêmes. Tigercat s’appuie sur cette vaste expérience pour l’appliquer à d’autres secteurs nécessitant des machines fiables et robustes, capables de prendre en charge des travaux intensifs et exigeants dans d’autres applications industrielles de niche.

Sa gamme de produits industriels tout-terrain comprend des équipements de défrichage, de sylviculture et de préparation de site, ainsi que d’autres transporteurs robustes spécialisés, utilisés dans une variété de domaines, notamment les services publics, l’industrie pétrolière, l’industrie gazière et le bâtiment.


Un débardeur 632H Tigercat tirant plusieurs arbres de grande taille

Les débardeurs Tigercat sont le reflet de l’expertise de nos employés. Les employés de Tigercat ont la possibilité de concevoir et fabriquer des systèmes structuraux, mécaniques, hydrauliques et électroniques complexes, qui évoluent chaque jour dans des conditions défavorables extrêmes.


Fabrication canadienne, portée mondiale

Basée à Brantford, en Ontario, Tigercat mène ses activités commerciales à partir de onze installations situées dans le sud de l’Ontario, ainsi que de quelques sites supplémentaires aux États-Unis et en Suède. Ces installations accueillent les équipes de conception et de production de tous les produits Tigercat, de même que la fabrication d’acier, l’administration, le service client et la distribution des pièces. Un grand centre de formation et de distribution de pièces répondant aux besoins des clients des États-Unis est situé à Ailey, en Géorgie. Un deuxième site américain, basé à Fremont, dans le New Hampshire, abrite une partie de l’équipe de conception du secteur de la transformation des matériaux. Tigercat est aussi propriétaire d’un centre de distribution de pièces, d’entretien et de vente à Hede, en Suède.

  • Personnel Tigercat d’assistance client directe sur site dans dix pays
  • Plus de 170 concessionnaires dans le monde entier
  • Des machines Tigercat dans plus de 40 pays
  • 93 000 m2 de bureaux, d’usines et d’entrepôts de pièces

Une broche d'essieu Tigercat passe par un processus de traitement thermique dans l'usine de production de train de roulement Tigercat de Kitchener, en Ontario.

Une broche d’essieu Tigercat passe par un processus de traitement thermique dans l’usine de production de train de roulement Tigercat de Kitchener, en Ontario.


Intégration verticale

Les machines Tigercat sont reconnues pour leur intégrité structurale, leur longue durée de vie et leur capacité à résister aux conditions extrêmes des opérations forestières continues.

En plus d’une ingénierie d’excellence, c’est la grande expertise de Tigercat en matière de fabrication, ainsi que l’usinage et le soudage de haute qualité, qui expliquent la grande durabilité des machines. Le contrôle interne strict de l’entreprise en matière de fabrication de l’acier augmente la durabilité et la disponibilité de la machine, ainsi que sa valeur de revente. L’entreprise ayant remarqué que, parfois, certains composants achetés diminuent la productivité et la disponibilité des machines Tigercat, elle a tenté de contrôler la conception et la fabrication de certains composants clés, comme les essieux et les transmissions, afin de pouvoir fournir des pièces de rechange capables de résister aux contraintes supplémentaires associées aux performances et aux capacités élevées des machines Tigercat.


Origines

Tigercat a commencé ses activités en 1992, lorsqu’un petit groupe de professionnels, qui connaissait l’industrie de l’équipement forestier sur le bout des doigts, s’est associé à MacDonald Steel, une entreprise de fabrication située à Cambridge, en Ontario.

À l’époque, MacDonald Steel était un fabricant de composants utilisés par de nombreux fabricants d’engins mobiles de grande réputation. Mais Ken MacDonald, propriétaire et PDG de l’entreprise, souhaitait créer une nouvelle entreprise qui serait fondée sur l’expertise de fabrication acquise par MacDonald Steel, une entreprise qui concevrait et fabriquerait des machines dédiées à l’exploitation forestière. C’était un pari, puisqu’à ce moment-là il y avait de nombreuses grandes entreprises bien établies se livrant une compétition dans un marché d’équipement forestier avec peu de place pour un nouveau joueur.

Les membres d’origine de l’équipe ont réalisé des études exhaustives sur le terrain, dans le sud-est des États-Unis, l’une des régions productrices de bois les plus importantes du monde. Cette expérience sur le terrain avec les entrepreneurs forestiers a permis de déterminer que même s’il y avait quatre fabricants en concurrence pour les parts de marché, les abatteuses-empileuses à roues répondaient peu aux besoins de la clientèle, principalement en ce qui a trait à la durabilité et la fiabilité mécanique.

Sur la base des propos et des réactions des exploitants forestiers du sud-est des États-Unis, Tigercat a entrepris de concevoir une alternative supérieure sur le plan technique. Le résultat a été l’abatteuse-empileuse 726, rapidement reconnue comme étant plus durable et fiable, et capable d’une production accrue. La 726 s’est aussi avérée avoir une meilleure durée de vie et une disponibilité très supérieure aux machines de la concurrence.

Le succès immédiat de la 726, associé à la grande considération de Tigercat pour les retours des clients et leur satisfaction, a rapidement établi une norme élevée que la compagnie vise constamment à surpasser.


Prototype de l'abatteuse-empileuse 726 Tigercat

La machine à l’origine de tout, le prototype d’abatteuse-empileuse 726 Tigercat.


Prototype de l’abatteuse-empileuse 726

En 1992, un camion Mack transportant une étrange abatteuse-empileuse était arrêté sur le bord d’une autoroute du Nord de la Floride. Il était accompagné de deux hommes armés d’un marteau à panne ronde et d’un ensemble de poinçons : un camionneur du nom de Don Snively et un commerçant s’appelant Jim Wood. Tous deux étaient employés chez MacDonald Steel. Les formalités administratives et les numéros de série étaient des détails mineurs auxquels personne n’avait pensé pendant la fabrication du prototype de l’abatteuse-empileuse 726 Tigercat, réalisée en toute vitesse, du moins jusqu’à ce que l’affaire devienne passible de prison.

Lorsqu’est venu le temps de fabriquer le prototype en 1992, il était évident que Jim Wood était la personne appropriée pour la tâche. En tant que mécanicien-monteur, mécanicien d’automobiles et électricien certifié, il possédait les aptitudes et le talent nécessaires pour affronter les difficultés et les incertitudes liées à l’assemblage d’une nouvelle machine dans un recoin d’une usine de fabrication d’acier.

Le temps pressait et Jim Wood se souvient que le président de Tigercat, Tony Iarocci, lui avait demandé où en était la machine. Il avait répondu : « Nous pouvons l’expédier aujourd’hui ou attendre trois semaines de plus. » Tony Larocci avait répliqué : « Envoyez-la demain. » « Nous avons attaché les batteries dans le blindage inférieur avec des tendeurs élastiques. »

Don Snively était ensuite monté dans le vieux camion Mack pour apporter la machine à l’Expo Southeast, à Tifton, en Géorgie, et Wood le suivait en camionnette. Ils travaillèrent sur la machine le soir, dans les aires de repos. Une fois en Géorgie, le travail était terminé de façon acceptable. Après la présentation, ils entamèrent une tournée du Sud-Est des États-Unis avec la machine, souvent en compagnie de Tony Iarocci et de Ken MacDonald.

Eddie Hodge, copropriétaire de Williston Timber, se souvient du salon Expo Southeast et des représentants d’un autre fabricant d’équipement qui l’avait amené à celle-ci : « Ils nous poussaient pratiquement pour nous montrer leurs machines et nous voulions nous arrêter pour observer la nouvelle machine de Tigercat. Son foutu moteur était installé à l’envers… Et le nom de la machine était accrocheur. »

Peu de temps après l’événement, Eddie Hodge et son opérateur prirent l’avion pour aller en Louisiane, où Tigercat avait organisé une démonstration de sa machine. Ils y rencontrèrent Tony Iarocci, Ken MacDonald, Don Snively et Jim Wood. Il ne restait pas beaucoup d’arbres sur le site, mais ils se sont débrouillés avec ce qui était disponible. Eddie Hodge explique : « Nous avons coupé des souches, conduit la machine sur des collines et avons trouvé quelques arbres debout. » Il propose alors de faire un essai d’un mois.

Eddie Hodge se souvient : « J’ai dit à Tony Iarocci : “Vous pouvez nous apporter la machine en Floride. Nous sommes prêts à l’essayer. Nous n’y connaissons rien, nous allons donc devoir vous emprunter votre mécanicien. Si elle fonctionne comme il faut pendant un mois, nous l’achèterons. » C’était notre accord. Aucun numéro de série n’était inscrit sur la machine. Sur la route, le Département des Transports de la Floride arrête Don Snively. Ils nous appellent. Il appelle au Canada et ne peut rien faire durant une demi-journée. Vous savez, pour vendre de l’équipement volé, on efface les numéros de série avec une meule… Ils viennent du Canada. Ils n’ont aucun document. Ils ont un camion avec une cabine courte. Tout ce qu’ils voulaient, c’était se débarrasser de la machine et rentrer chez eux. » Lorsque Don Snively a remis la machine à Eddie Hodge et qu’il est retourné au Canada, cela faisait 40 jours qu’il était parti de chez lui.


Eddie Hodge remet les clés du prototype 726 à Ken MacDonald et à Tigercat après 25 ans. Robert Clary et Tony Iarocci regardent la caméra.

Tigercat a reconstruit le prototype 726 dans le cadre des célébrations du 25e anniversaire de la marque. Eddie Hodge remet les clés du prototype 726 à Ken MacDonald et à Tigercat après 25 ans. Robert Clary, propriétaire du première modèle 726 produit et l’ancien président de Tigercat, Tony Iarocci, regardent la caméra.


Nos employés

Tigercat emploie 2 000 travailleurs, un chiffre nettement supérieur aux quelques personnes qui ont conçu et fabriqué la première abatteuse-empileuse 726 en 1992. L’équipe de Tigercat est la plus grande richesse de la compagnie.

Tout comme les utilisateurs finaux, les fournisseurs et les concessionnaires, les employés de Tigercat sont considérés comme des partenaires. Les employés de Tigercat ne sont pas contraints par une infinité de règles ou par une longue chaîne hiérarchique, et ils peuvent donc se concentrer sur les besoins du client et disposent des ressources nécessaires pour résoudre rapidement les problèmes. Le fonctionnement de Tigercat se distingue donc par sa grande réactivité, flexibilité et compétence.

Chez Tigercat, le développement constant des produits est centré sur les besoins du client, et les études sur le terrain sont un élément essentiel du processus de développement. Les concepteurs, le service client et le personnel de gestion visitent fréquemment les sites où se déroulent les opérations forestières. Les professionnels du domaine, quant à eux, se rendent souvent dans les usines de Tigercat. Bien que la pandémie ait temporairement restreint de nombreuses opportunités de partage d’informations, Tigercat s’est rapidement adaptée et continue d’entretenir une relation étroite avec sa clientèle. Ce modèle de collaboration ouverte entre les concepteurs de Tigercat et les professionnels de l’exploitation forestière, ainsi que les contacts continus avec les utilisateurs finaux, n’a pas d’équivalent dans toute l’industrie. Ce processus garantit la rapidité et la flexibilité du développement des produits Tigercat, ainsi que son adaptation aux besoins actuels et futurs des professionnels de l’exploitation forestière.


Des employés de Tigerat à l'œuvre.

 


Découvrez les offres d’emploi Tigercat ici :

Voir nos offres actuelles