Skip to content

Un voyage en « graisse »

Pour que la graisse soit efficace, il faut qu'elle soit propre, de bonne qualité, et que les pièces soient lubrifiées adéquatement. Reconnaissez l'importance d'un graissage périodique.

– Pierre Fortin, responsable de service Tigercat

Au moins une fois par jour, quelqu’un doit faire le tour des machines pour injecter cette matière visqueuse appelée graisse dans tous les joints mobiles. Graisser votre nouvelle machine pour la première fois peut être amusant. Cela offre l’occasion de voir la nouvelle « bête de travail » de près.

Un opérateur effectuant un graissage régulier sur une machine Tigercat.

Un graissage régulier chasse l’ancienne graisse et les contaminants à l’intérieur.

Le deuxième jour, cela perd généralement son attrait et graisser la machine devient une corvée. Nous sommes au 21e siècle, où il est possible d’activer à distance, avec un iPhone un système d’arrosage ou de préchauffer un four. Pour quelle raison alors graisse-t-on manuellement des joints d’axes et des roulements comme si l’on était au 19e siècle ? Voici deux bonnes raisons pour lesquelles un graissage régulier demeure la façon la plus efficace pour que les joints mobiles des engins lourds aient une longue durée de vie.

De la graisse de bonne qualité résiste aux pressions élevées associées aux opérations forestières et demeure en place, entre les pièces soumises à de grandes charges, les gardant séparées, dans le but d’éliminer l’usure qui serait engendrée par les contacts métal contre métal. La graisse agit également comme un amortisseur, en protégeant les surfaces en métal des axes et des bagues lorsque l’opérateur commet une erreur et s’exclame : « Mince ! » Pour que la graisse fonctionne, il faut qu’elle soit propre, de bonne qualité, et que les pièces soient lubrifiées convenablement.

Lubrification adéquate

Si les intervalles de graissage sont trop longs, les joints vont finir par fonctionner sans lubrifiant et les composants métalliques s’endommageront alors très rapidement. Quelques mouvements d’un joint sans lubrifiant peuvent provoquer des dommages irréparables, surtout si une machine est utilisée de façon intensive, comme une abatteuse-empileuse faisant la récolte de petits fûts. Dans ce cas, un intervalle de graissage normal de huit heures peut être trop long et les joints des axes de têtes et de flèches peuvent presque manquer de lubrifiant. Il est donc recommandé de raccourcir les intervalles de graissage des joints des machines effectuant de nombreux cycles.

Propreté

Si les graisseurs ne sont pas nettoyés soigneusement avant d’injecter de la graisse, la saleté se trouvant dessus est poussée dans les joints. Le mélange de graisse et de saleté peut agir comme une pâte à polir sur les surfaces métalliques, ce qui peut les user de façon prématurée.

La saleté peut également pénétrer dans les joints graissés, autour des axes, et s’introduire entre ces derniers et les coussinets. Certains des joints sont scellés afin de prévenir cette contamination tandis que d’autres ne le sont pas. Il est important de savoir quels sont les joints d’une machine les plus susceptibles d’être contaminés. Ces joints particuliers doivent être graissés plus souvent, en mettant plus de graisse que normalement, afin de chasser les contaminants abrasifs de ceux-ci.

Les machines forestières modernes de bonne qualité sont plus productives et peuvent effectuer plus de cycles dans une période de temps donnée qu’auparavant, ce qui fait qu’il est très important d’utiliser de la graisse de bonne qualité.  Depuis sa création, Tigercat recommande de lubrifier tous les joints d’axes avec de la graisse à savon de lithium composée d’au moins 3 % de disulfure de molybdène. Ce type de graisse résiste à l’eau et ne se décompose pas lorsque les pivots sont soumis aux charges extrêmes des opérations forestières très intenses.

La plupart des entreprises pétrolières offrent des graisses à savon de lithium de bonne qualité pouvant être utilisées sur des machines Tigercat, mais certaines d’entre elles sont supérieures aux autres. Pour faciliter votre choix, Tigercat propose désormais sa propre graisse à savon de lithium complexe, composée d’au moins 3 % de disulfure de molybdène, et spécialement conçue pour les opérations forestières intenses.

Gros plan d'une zone graissée d'une machine.

Graisse à savon de lithium complexe de Tigercat contenant une quantité adéquate de disulfure de molybdène et spécialement conçue pour les opérations forestières intenses.

Les graisses à savon de lithium complexes ont de nombreuses propriétés communes aux graisses à savon de lithium ordinaires. Toutefois, une différence importante est le point de goutte supérieur des premières, ce qui permet de les utiliser à des températures très élevées. Le point de goutte est plus élevé en raison de la présence d’un épaississant appelé un agent complexant.

Les graisses à savon de lithium complexes demeurent consistantes lorsqu’elles sont soumises à des forces de cisaillement élevées. Le pourcentage élevé de disulfure de molybdène (3 à 5 %) permet aux graisses Tigercat qui sont conçues pour les opérations forestières très difficiles de résister aux pressions extrêmes sans se décomposer. Savoir que vous prolongez la vie de vos machines peut rendre votre prochain voyage en « graisse » un peu plus attrayant, même si vous ne naviguez pas sur la mer Égée.

Graisse spéciale pour les engins forestiers : Min. 3 % disulfure de molybdène. Pour les températures extrêmes, empêche la rouille/corrosion, résistance au lavage à l'eau, protection supérieure. Commandez-la chez votre concessionnaire Tigercat local.